Green Lantern

Green Lantern
2011
Martin Campbell

Hal Jordan est l’un des héros les plus emblématique des Comics Book, presque au même titre que Batman, Superman, Spider-Man et les X-Men. Pas étonnant vu sa classe : son pouvoir n’a de limite que son imagination ! Une sacré poule aux oeufs d’or quand on connait l’imagination d’Hollywood en matière d’effets spéciaux. Et pour ne pas faire les choses à moitié, un budget de 200 millions a été accordé (300 effectifs avec la pub). Arriveront-ils à nous faire rêver ?

Niveau histoire, il s’agit de Hal Jordan (Ryan Reynolds), un pilote de chasse qui, lors d’une mission d’essai avec sa coéquipière Carol (Blake Lively), perd le contrôle de son avion et le crash en s’éjectant. Et au même moment, un extraterrestre du nom de Abin Sur, appartenant au corps des Green Lantern (police universelle porteur de la force verte de la volonté), fut attaqué par une entité maléfique se nourrissant de peur (jaune), Sinestro. Quand un Green Lantern meurt, il doit léguer son pouvoir à un autre, choisit par la bague. Et c’est Hal Jordan qui fut choisit par cette dernière. Saura t-il s’en montrer digne ? Pendant ce temps, le Dr. Hector Hammond (Peter Sarsgaard), chargé d’examiner le corps étranger, entra en contact avec un résidu jaune provenant de Sinestro, le changeant à tout jamais…

L’histoire du Comics est-elle aussi bancale ? Comme on peut s’en douter, l’aspect intellectuel du film est très limité, mais de toute façon, ça n’est pas tellement l’intérêt de ce genre de production. Et effectivement, niveau effets spéciaux, ils ont mit le paquet ! Le principe de pouvoir créateur est bon et est utilisé à des fins comiques. Le choix de Ryan Reynolds, grand habitué des comédies, s’explique déjà un peu mieux aux vus du caractère comique du film. Et le mélange action/fantastique/comédie fonctionne très bien et donne un film frais et dynamique. Néanmoins, la qualité graphique n’a rien de transcendante ni d’éblouissante et la fin est largement trop vite pliée. Le film a d’ailleurs été un bide avec tout juste 220 millions de recettes et le total ne risque guère de changer beaucoup. Mais l’équipe du film avoue elle-même s’être planté et que le potentiel est bien là. Et malgré cet échec, le projet d’une trilogie autour de ce héros est toujours d’actualité et a même était re-confirmé après les résultats en salle. Pas de soucis donc pour cette saga somme toute assez sympathique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.