La Fille du puisatier

La Fille du puisatier
2011
Daniel Auteuil

Plus de 70 ans après le premier réalisé par Marcel Pagnol en personne, Daniel Auteuil, grand admirateur de l’écrivain et réalisateur, a décidé de refaire un de ses grands classiques. Refaire ? Eh bien oui : dans un soucis de respect le plus total, l’intégralité des dialogues furent conservés, de même que l’histoire bien sûr.

Comme le titre le laisse supposer, le film est centré sur Patricia (Astrid Berges-Frisbey), fille d’un puisatier (Daniel Auteuil). Aîné d’une famille de six filles, Patricia s’apprête à fêter ses 18 ans et est comme on dirait « bonne à marier ». Félipe (Kad Merad), grand ami du puisatier, est très intéressé par elle et pense qu’il ferait un bon mari. Mais le choix de Patricia se portera sur Jacques (Nicolas Duvauchelle), un jeune pilote. Mais à peine leur amour consumé, Jacques fut appelé par l’armée dans le cadre de la guerre d’Algérie. La où la situation se complique c’est qu’elle est enceinte et que la famille Mazel (Jean-Pierre Darroussin et Sabine Azéma), parents de Jacques, refuse l’enfant. Patricia se retrouve alors rejetée par la société de par le statut bâtard de son enfant.

Le projet en a laissé plus d’un dubitatif. Outre des choix de casting à priori inappropriés, l’idée de faire du neuf avec du vieux est un pari risqué. D’autant que ça n’est pas tellement un remake, les dialogues étant restés inchangés. Mais vu leur qualité, on comprend pourquoi, surtout quand Daniel Auteuil tient un discours grave avec sa voix ferme et son accent du sud. Ce dernier s’est sans doute octroyé le meilleur rôle tant celui-ci est fort, digne et important, renforcé par son talent naturel d’acteur. Kad Merad, contre toutes attentes, est remarquable par sa justesse et sa maîtrise, même dans les moments les plus sombres. Mais la véritable révélation c’est Astrid Berges-Frisbey, la fille du puisatier. En plus d’avoir la beauté d’un ange, elle donne une incroyable profondeur et intensité à l’histoire, en apparences si banale. Mais une ombre terni cet idylle : Nicolas Duvauchelle. Sans doute l’un des pires acteurs au monde avec encore moins de charisme que flamby (François Hollande), c’est pour dire ! Mais malgré ça, le film est très beau, fort et vaillamment interprété par des acteurs en très grande forme. Fort de son succès, Daniel Auteuil prévoit de refaire d’autres Pagnol et vu celui-ci, c’est une très bonne nouvelle.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La Fille du puisatier

  1. Julien dit :

    Beurkh !
    Astrid Berges-Frisbey est super moche et elle joue comme un pied !
    La plus mauvaise actrice du film, et de loin ! Pourtant, Daniel Auteuil est vraiment pas terrible avec son accent marseillais forcé…

  2. Cerise dit :

    Idem. Je viens de voir ce film en DVD hier soir et après la première scène on s’est regardé avec mon mari en se demandant comment une si mauvaise comédienne avait aterri dans le casting. A moins qu’elle ait du talent complètement occultés par une direction pitoyable. Dans ce film, chaque phrase qu’elle prononce sonne ultra faux! je suis restée baba en consultant wikipédia aujourd’hui pour découvrir qu’elle était bardée de prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.