Votre majesté

Votre majesté
2011
David Gordon Green

Comme pour Philibert de par chez nous, les américains ont tenté un pari assez fou : parodier à outrance le genre héroïc-fantasy pour en tirer un nanar. Et c’est avec 49.9 millions que le projet fut lancé. Bilan : 21.6 de recettes aux Etats-Unis et à peine plus de 5 ailleurs, la plupart des sorties ayant été annulés suite à son bide interne. En France, seul 10 cinémas ont tenté l’aventure. Est-ce si mauvais ?

Dans un contexte moyenâgeux, on suivra deux prince d’un royaume : Thadeous (Danny McBride) et Fabious (James Franco). Si Fabious est un preux chevalier, on ne peut pas en dire autant de son fourbe de frère Thadeous. Il est peureux, perverti et rêve de prendre le trône pour ainsi séduire les pucelles du royaume. Mais heureusement pour le peuple, l’aîné est Fabious et il se destine à être un bon roi. Suite à une de ses vaillantes missions, il ramena Belladonna (Zooey Deschanel), une vierge destinée à servir de reproductrice pour le sorcier Leezar lors de nuit au deux lunes et ainsi engendrer un mythique dragon surpuissant. Mais alors qu’ils se préparaient à célébrer leur union, Leezar apparu pour la reprendre. Fabious s’empresse alors  de monter une expédition pour la sauver. Thadeous, accompagné par son fidèle valet Courtney, sera obligé de le suivre, sous peine d’être banni. Ils feront moult rencontre dans leur périple comme Isabelle (Natalie Portman), elle aussi en quête de vengeance.

Le ton du film est vite donné et ne souffrira aucuns tabous. L’humour du film sera clairement sexuel et il n’y a pas de censure : les nymphes sont nues ; les mots « pennis », « vagin » font parti intégrante du vocabulaire de base ; si un centaure viole quelqu’un, on le voit érection avec tout son matos dehors ; et points d’allusions non plus, les choses sont dites comme elles sont pensées. Mais le tout reste très drôle et ne bascule pas non plus dans le trash, contrairement à ce qu’on pourrait craindre. Autre fait amusant : James Franco est affublé d’un cheveu sur la langue très prononcé le rendant presque aussi pathétique que son frère. Danny McBride est d’ailleurs le point fort du film car la grossièreté lui scie comme un gant et son personnage est un anti-héros à un point peu commun. La réalisation générale est assez bonne mais malgré le gros budget, les monstres sont eux aussi ridicules (fait exprès ?). Reste que même si le film est honteux, son côté très décalé nous fera bien rire. Néanmoins, pour pouvoir rire de pareil chose, il vaut mieux être seul…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.