Atlantide, l’empire perdu

Atlantide, l’empire perdu
2001
Kirk Wise, Gary Trousdale

Pour une fois, Disney ne se contentera pas d’une simple adaptation d’un conte quelconque. On a le droit à une histoire originale axée autour de l’un des plus grands mystères de notre Terre : l’Atlantide. Une multitude de récits et écrits relatent un cataclysme ayant détruit une société largement plus développée qui aurait inspiré les civilisations et leur monuments, comme par exemple les égyptiens et leurs pyramides. D’aucuns pensent qu’un météore tombé à proximité aurait enfoui l’île sous une immense vague d’eau et qu’elle serait maintenant au fond de la méditerranée ou de l’atlantique. D’autres pensent que le phénomène de Pangée aurait fait dérivé leur continent et que le pôle sud est en réalité l’ex Atlantide.

Le film opte pour la fameuse grande vague, provoquée par la propre technologie atlante. Mais grâce au sacrifice de leur reine, le cristal, source de leur pouvoir, les protégea en enfouissant une partie de l’île dans les abysses de l’atlantique. Le film se poursuit au XX° siècle, avec le professeur Milo Thatch. Ses recherches sur le sujet lui font état d’un livre se trouvant en Island, le livre du berger, indiquant le chemin vers l’Atlantide. Mais bien évidemment, personne ne le prend au sérieux et il ne trouvera pas le financement pour son expédition. Mais fort heureusement pour lui, feu son grand-père, lui aussi passionné du mythe, a trouvé le livre et un de ses amis lui a promis de financer l’aventure. C’est donc Milo qui prendra sa place car ses compétences linguistiques lui permettent de traduire les écrits atlantes, faisant de lui un membre indispensable. Quels secrets recèlent les abîmes de la Terre ?

Il est difficile de bien se rendre compte si une pareille histoire est plausible. En revanche elle a le mérite d’être cohérente, solide et riche. Plus encore, elle se révèle très mature et est surtout clairement orientée pour les adultes avec de la violence, du sang, des morts. On esquive aussi les blagues les plus élémentaires, bien que le film conserve une part d’humour. Pas non plus de chansons débiles à déplorer mais au contraire des musiques sublimes et épiques. On notera aussi un casting vocal prestigieux avec Michael J. Fox (du moins son doubleur officiel) pour Milo ou encore Jean Reno et Patrick Timsit. Mais ce qui impressionne le plus c’est peut-être les graphismes. Les couleurs resplendissent, les personnages ont un design réussi bien qu’assez minimaliste, les jeux de lumière sont parfaits et les décors forcent le respect et rivalisent avec ceux des studios Ghibli. La ville de l’Atlantide rayonne et nous subjugue, de même que toute la technologie qui les entoure. Probablement le meilleur Disney de l’histoire, à égalité avec La Planète au Trésor, excellant tous les deux dans l’art de l’aventure. Dommage que ça soit si court…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Atlantide, l’empire perdu

  1. Julien dit :

    Dommage que le scénario ait été écrit par un chimpanzé et que les personnages aient été dessinés avec les pieds… sinon, ça aurait presque pu être regardable !
    En l’état, ça reste quand même largement insupportable.

  2. Antoine dit :

    bah pour un Disney les personnages sont bien faits et l’histoire est de loin la meilleur qu’un de leur scénariste est jamais pondu. Ça veut donc dire que tu n’as jamais mit la moyenne à un Disney ?

  3. Julien dit :

    Bah aux récents, non.
    Dans les « vieux », y’en a des très bien comme Alice au pays des merveilles, Merlin l’enchanteur ou Le roi lion.
    Evidemment, le scénario de ces trois films ne vient pas franchement des studios Disney… mais c’est probablement pour ça qu’ils sont meilleurs.

  4. Julien dit :

    PS : dans les Disney récents, il y en a un qui se démarque des autres : c’est Frère des ours (je crois que c’est ça le titre) qui est franchement joli ! Graphiquement, c’est de loin le plus beau des Disney… par contre le scénario est l’un des plus mauvais jamais écrit (je crois que c’était un babouin, et pas un chimpanzé pour ce script-là).

  5. Antoine dit :

    Un des problème des vieux c’est qu’ils sont très laids et qu’on doit supporter d’horribles chansons mauvaises. Et puis le Roi Lion, l’histoire est vraiment anecdotique. Et au moins avec les récents, ça s’adresse aussi aux adultes.

  6. Julien dit :

    Les vieux sont laids ? Je trouve Blanche-Neige bien plus joli que Hercule, par exemple…
    Et pour l’histoire soit-disant anecdotique du Roi lion, tu te plaindras à Shakespeare puisqu’elle est de lui…
    Et puis les récents qui s’adressent aux adultes… euh… les adultes handicapés peut-être, mais personnellement, je vois pas bien en quoi Lilo et Stitch s’adresse aux adultes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.