Sortilège

Sortilège
2011
Daniel Barnz

Contrairement à ce que certains ont dit ou pensé, ça n’est pas une transposition contemporaine du mythique film La Belle et la Bête de Walt Disney, bien qu’ils n’aient pas inventé l’histoire. Non, il s’agit de l’adaptation du livre Beastly de Alexandra Flinn.

Le film raconte donc comment Kyle Kingson (Alex Pettyfer), jeune beau, riche et arrogant, s’est fait maudire par une sorcière qu’il a rejeté. Elle le condamne donc à vie à être un monstre, affublé de multiples scarifications et tatouages. Son seul espoir est de trouver l’amour au delà des apparences et que cette personne lui dise « je t’aime ». Le tout dans un laps de temps de une année. Mais Kyle se retrouve rejeté par son père et vit cloîtré chez lui, ne sortant que le soir pour admirer en cachette Lindy Taylor (Vanessa Hudgens) pour qui son coeur bat. Mais un soir, il se retrouve témoin d’un affrontement entre le père de Lindy et des mafieux. Kyle intervient alors pour les sauver mais l’un d’eux fini par se faire tué par le père. Il confie alors la protection de sa fille à Kyle. La proximité arrivera t-elle à les réunir ?

Il est évident que l’histoire est largement inspirée de son aîné. On retrouve presque tout les codes entourant la bête avec la malédiction, l’arbre qui flétri et l’amour purificateur. L’histoire se révèle plutôt bien faite et touchante même si pas très plausible. Mais la grâce et le talent Vanessa Hudgens font qu’on arrive malgré tout à y croire un temps soit peu. A noter aussi le génialissime Neil Patrick Harris qui nous fait bien rire et qui vaut le détour. On a donc là une très jolie histoire d’amour certes mielleuse et irréaliste mais le casting est bon, la musique très belle et tout fini pour le mieux dans le meilleur des mondes. De quoi ravir les amateurs de romance.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.