Case départ

Case départ
2011
Thomas Ngijol, Fabrice Eboué, Lionel Steketee

Tel une bande de potes, Fabrice Eboué et Thomas Ngijol, qui officient en tant que réalisateurs et scénariste, se retrouvent avec un éternel 1°assistant et ami, Lionel Steketee.

Pour ce premier film, ils s’attaquent à un sujet fort : l’esclavagisme. Pourquoi, comment ? Voilà deux grands défis. Eh bien tout simplement parce que Régis (Fabrice Eboué) et Joël (Thomas Ngijol), deux frère noirs, ne font pas honneur à leurs ancêtres entre Régis qui est le laquer du maire et Joël qui se sert de sa couleur comme excuse pour sa fainéantise. A la mort de leur père, leur tante leur remet le trésor familial : l’acte de libération d’un membre de la famille alors esclave au XVIII°. S’en foutant royalement, les deux lascars vont déchirer le papier. La tante leur jettera alors un sort les obligeant à revenir à l’époque de l’esclavagisme en 1790. Le choc sera violent !

On retrouve donc une partie de l’équipe de Fatal et à son image, le succès du film a prit de l’ampleur grâce à un bouche-à-oreille exceptionnel. La réussite du film est d’autant plus grande qu’il a dû lutter en première semaine face à Transformers 3 puis dès la deuxième semaine le choc fut contre Harry Potter 8 ! En tout cas, on peut dire que c’est amplement mérité car des blagues de grandes qualités s’enchaînent à un rythme effréné. On retiendra notamment les cultissimes « Vous dites ça parce que je suis noir ! – Bah évidemment. » « Allez debout ! – oh vos gueules y’en a qui dorment ! », en plus de tout les comiques de situations, renforcés par les excellentes prestations des deux compères. Bon, bien évidemment le film est bien pensant et à fortiori, un minimum moralisateur. Mais de par le côté décalé et tellement drôle du film, la prise de parti n’est pas une affaire politique ou philosophique. Car bien sûr, le film n’est qu’une franche comédie qui n’a pas d’autres prétentions. Et ne pas se prendre la tête et rire beaucoup dans un film au scénario original et d’actualité malgré l’époque, c’est énorme !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.