Hors du temps

Hors du temps
2009
Robert Schwentke

Certains films gagnent à être connus et c’est le cas de Hors du temps. Car s’il fut un gros succès surprise aux Etats-Unis et en Angleterre, sa sortie française fut non seulement minime mais les rares salles le diffusant étaient loin d’être pleines. Et pourtant, à l’image de Quelque part dans le temps, le film est un prodige du mélange science-fiction/romance.

Le titre VO est d’ailleurs largement plus évocateur : The Time Traveler’s Wife. Ou autrement dit, la femme à travers le temps (ou les ages). En effet, on suivra l’histoire de Henry (Eric Bana) et Clare (Rachel McAdams) dans une histoire d’amour intemporelle. Tout commença lors d’un accident de voiture alors que Henry n’était qu’un enfant. Au moment de l’impact, le pouvoir de Henry se manifesta : la téléportation extra-temporelle. Le problème c’est que ce pouvoir n’est pas contrôlable et que sans crier garde, Henry peut se retrouver n’importe où n’importe quand et à chaque fois, ses vêtements restent sur place. Une vingtaine d’année plus tard, Henry se fait aborder par une certaine Clare qui semble très bien le connaître et pour cause : depuis ses six ans, un Henry du futur vient régulièrement la voir et elle en est tombée amoureuse. Et aujourd’hui, ils sont enfin réunis dans le même espace temps. Mais alors que leur vie trouvait la plénitude, ils se retrouvèrent nez-à-nez avec un Henry quadragénaire agonisant d’une balle dans le ventre avant de disparaître…

On assiste à un plein drame shakespearien où un amour trop grand ne peut que se terminer par un désastre. Mais cette inéluctable tragédie ne gâche pas pour autant le plaisir qu’a le spectateur de suivre cette magnifique romance tant les deux protagonistes la rendent authentique et réaliste. Et comme Henry le dit lui même, qu’importe ce que l’on fait, on ne peut pas changer ce qui s’est passé. Alors autant vivre le moment présent. Et si d’aucun reprocheront au film sa lenteur, et ils auraient raison, il compense par un scénario en béton et bien qu’il n’aille pas chercher très loin, il a le mérite de rester clair et compréhensible malgré la multiplicité des époques. C’est aussi ça le talent : faire un film de science-fiction réaliste, crédible, solide et néanmoins accessible. Bravo !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Hors du temps

  1. Julien dit :

    Réalisme : Ø
    Jeu des acteurs : nul
    Réalisation : atroce

    Bref, Hors du temps est un très mauvais film qui part pourtant d’une idée intéressante. À réserver aux spectateurs peu exigeants.

  2. Anaïs dit :

    Ta traduction du titre original est erronée. En fait ce serait plutôt « La femme/L’épouse du voyageur du temps ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.