The Greatest

The Greatest
2009
Shana Feste

Comment vivre la perte d’un être cher ? Beaucoup sombrent et n’arrivent pas à faire face. Dans ce film, c’est la famille Brewer qui subira cette tourmente avec la mort de leur fils aîné : Bennett (Aaron Johnson). Mais si le père (Pierce Brosnan) arrive à garder la tête haute, ça n’est pas le cas de sa femme (Susan Sarandon), complètement anéantie par sa disparition. Leur autre fils (Johnny Simmons) semble quand à lui épargné par cette histoire grâce à ces habitudes de junky. Mais un évènement inattendu va faire irruption : une jeune fille du nom de Rose (Carey Mulligan) est enceinte de Bennett. Et malgré les réticences de la mère, la famille va accepter de prendre sous son aile la veuve et son bâtard.

Voilà un sujet grave et très difficile à traiter car il faut savoir en tirer toute la fibre émotionnelle et tragique sans tomber ni dans le caricatural ni dans l’excès de larmoyant. Et malgré une prestation lamentable de Pierce Brosnan, le pari est réussi mais à cela vient s’ajouter un autre problème : est-ce intéressant ? Si l’arrivée de Rose fait démarrer le film, il retombe rapidement dans l’ennui et l’histoire stagne. Il faudra attendre la fin avant de retrouver une plus grande qualité émotionnelle et une plus grande recherche scénaristique. Mais de manière générale, le film se déroule de façon prévisible et schématique. On regrettera aussi la longue attente avant que Bennett ne s’impose dans l’histoire. C’est d’autant plus dommage qu’il est le ciment de ce film et que la crédibilité des autres repose sur ses scènes passées. Bref, plein de bonne idées mais l’exploitation laisse à désirer sur certain point. Du coup, on en sort pas tellement convaincu ni touché.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.