Polisse

Polisse
2011
Maïwenn

Pour son quatrième film en tant que réalisatrice, Maïwenn se lance dans un sujet dur : le quotidien des policiers et policières de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs). Parmi eux, on retrouvera entre autre Karin Viard, Joey Starr, Marina Foïs et Nicolas Duvauchelle. Qu’est-ce qu’au juste leur quotidien ? La plupart du temps, il s’agit de problèmes de viols, souvent pédophiles, et régulièrement orchestrés par un père sur sa fille (ou exceptionnellement l’inverse comme Audrey Lamy qui a une technique bien à elle pour endormir ses enfants). Mais cela peut aussi être des cas de maltraitance, abandon ou exploitation (dans le cas d’étrangers). Avec à chaque fois des interventions, arrestations, interrogatoires puis probable incarcération. Présenté sous forme de fiction/documentaire, le film montre l’humanité et le socialisme qui se cache derrière ce métier. Le tout tiré d’une histoire vraie.

Traiter de la pédophilie, familiale qui plus est, n’est pas chose aisé. Véritable prise de conscience de par sa véracité, les histoires vécues dans ce film sont alarmantes sur la quantité de psychopathes qui jonchent nos rues, surtout quand cela touche des personnes haut placé qui se sentent au dessus de la loi et qui jugent leurs actes « normaux ». Ce film coup de point nous emmène avec lui dans sa rage et sa détermination, notamment grâce au très talentueux et dynamique Joey Starr (ça fait drôle d’écrire une chose pareille). Le casting du film est d’ailleurs exceptionnel, seule Karin Viard fait tâche avec son jeu très théâtrale. Par contre, la réalisation est assez mauvaise, à mi-chemin entre une réalisation classique et la caméra embarquée avec image tremblante. Mais de manière générale, le film est très fort et nous emmène pleinement avec lui. Sans contestes l’un des meilleurs films français de l’année.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.