600 kilos d’or pur

600 kilos d'or pur
2010
Eric Besnard

Il arrive parfois que l’on se retrouve sans rien à regarder. Et pour éviter l’ennui, l’homme est prêt à tout, même à regarder un film aussi peu inspirant que celui-ci. Mais finalement, c’est peut-être ça le meilleur moyen d’appréhender un film : se dire que c’est une bouse.

Que se cache t-il derrière un titre aussi évident ? Eh bien tout simplement des pauvres gugusses qui se disent que voler 600 kilos d’or c’est s’assurer une vie riche et tranquille. Pour cette mission au coeur de la Guyane, Virgil (Clovis Cornillac) s’entourera de Enzo, un tueur-sniper, George (Patrick Chesnais), un vieux inutile, et Camille (Audrey Dana), femme de feu leur associé. Sans oublier Rémi (Bruno Solo), un infiltré, sans qui rien ne serai possible. Mais au moment de décoller après avoir chargé l’or, Camille repart dans le village pour récupérer une amie locale. Malheureusement, Virgil voulant se la taper, ils attendirent le retour des deux filles pour partir et dans la précipitation, l’hélicoptère nécessaire au voyage sera touché et ils devront se débrouiller seuls dans la jungle hostile avec 600 kilos d’or. Le voyage sera dur et périlleux entre les dangers naturels et leurs assaillants…

Le principe du film est qu’une fille c’est tellement chiant et gourdasse qu’avec elles une mission ne peut qu’échouer. Une telle connerie est d’autant plus rageante quand on connait l’issue du périple. On assiste d’ailleurs à une sorte de film d’aventure assez prenant dans la veine de Blood Diamant mais sans jamais en atteindre le talent et la classe. De plus, outre les filles encombrantes, Bruno Solo a un rôle particulièrement ingrat puisque ce dernier n’est qu’un connard de communiste avide et cupide (c’est un comble !) ne cherchant qu’à se barrer avec l’or, qu’importe les autres. Mais finalement chaque rôle s’impose et donne un peu de profondeur à une historie anémique. L’idée de départ était plus ou moins bonne (Blood Diamant en a fait un chef-d’oeuvre) mais le résultat est trop bancal pour pleinement convaincre.

This entry was posted in Cinéma, Critiques. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *