La Merditude des Choses

La Merditude des Choses
2009
Felix Van Groeningen

On ne peux pas être maître de son destin en chaque instant. Il arrive de temps à autre, sans qu’on le veuille, de se voir imposer le visionnage de films fortement soupçonnés d’être des navets sans noms. Et alors que le souvenir des baleiniers de Harpoon est encore frais, un OVBI (Obligation de Vidéo Belge Indigeste) me frappe de plein fouet :

En Belgique, dans la ville de Trouduc les oies, vie la famille Strobble : le père, le fils, (et le saint esprit) la grand-mère et trois oncles. Pour le jeune Gunther, l’avenir semble alcoolisé car la tradition familiale veut que tout homme chez les Strobble soit un buveur invétéré, spécialiste de la bière cul-sec. Personne n’a de travail et le peu qu’ils gagnent part dans la seconde au bistro. De plus, il partage sa chambre avec un de ses oncles qui ne se gène pas le moins du monde quand il s’agit de ramener ses conquêtes. Du coup, quand on vie dans une atmosphère pareille, il est difficile de se démerder…

C’est l’histoire d’un alcoolique qui s’adresse à un autre alcoolique. Il lui dit « eh mec on va se faire un film ! ». L’autre lui répond « cul-sec ». Le premier s’exécute puis pose une question à son compagnon de beuverie « Beurf, t’as pas une idée de scénario ? ». Venant de se pisser dessus, son interlocuteur, ne comprenant pas vraiment la situation, lui répond avec enthousiasme « cul-sec ! ». Stupéfié par une réponse si intelligente, il se dit « Yeah, des boivent qui gens cul-sec, ça c’est du scénar en béton ! ». Voilà l’histoire des origines du film…

Le cinéma belge n’est pas très réputé et ça n’est pas ce film qui changera la donne. Rarement un film n’aura aussi bien porté son nom : c’est de la merde en bouteille. Il y est dressé le portrait d’une famille ignoble et infréquentable entre une absence d’hygiène (gens qui s’endorment dans leur vomi et qui se font dessus) et un alcoolisme jamais vu (concours du plus gros buveur de bière au monde puis le vainqueur prend le volant ; jeux du Tour de France avec maillot jaune, plus gros buveur de bière, maillot vert, meilleur en cul-sec, et maillot orange, spécialiste des alcools forts). Si toute cette débauche et ce misérabilisme prête par moment à sourire, un film entier dessus, c’est très lourd. Une chose est sûre, certains endroits de Belgique sont à éviter, il en va de la santé de votre foie !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.