La Vérite si je mens ! 2

La Vérite si je mens ! 2
2001
Thomas Gilou

Plus qu’un simple carton, La Vérité si je mens a marqué les français et s’est imposé comme un monument de la comédie française. Bien que comme pour toutes, son niveau n’est pas exceptionnel. Et vu les enjeux financiers, il est normal de voir cette suite débarquer, bien qu’il est fallut attendre quatre ans.

Que réserve l’avenir à nos cinq amis inséparables Eddie (Richard Anconina), Dov (Gad Elmaleh), Yvan (Bruno Solo), Serge (José Garcia) et Patrick (Gilbert Melki) ? Le temps a passé et Eddie a désormais deux filles avec Sandra (Amira Casar) ; la fille de Dov a grandi mais son couple bas de l’aile et Yvan en profite ; et Serge vit toujours en parasite à pomper l’argent de son cousin Patrick. Par contre, l’affaire textile qu’ils ont monté ne marche plus si bien et les commerces du Sentier ne résistent plus aussi bien face aux grandes distributions. Mais alors qu’ils pensaient sortir la tête de l’eau grâce à un contrat avec l’un des plus grands groupe de supermarché, le président Vierhouten (Daniel Prévost) le leur la fout bien profond et les met sur la paille…

Un retour ? Non, pas tout à fait : l’acteur de Dov n’est pas le même, au grand détriment du spectateur. Alors qu’il était l’un des piliers du premier film, il est remplacé par un Gad Elmaleh lamentable qui ne tient ni la route ni la comparaison. Coup de bol qu’il aient repris le premier pour le troisième ! Mise à part ce crime inqualifiable, quels sont les changements de ce second opus ? Sans contestes la qualité et le rythme, mille fois meilleurs. José Garcia est dans une forme olympique et nous bidonne tout du long entre sa gaucherie, sa roublardise mais aussi son grand coeur et sa bouille sympathique. Richard Anconina n’est toujours pas au niveau mais il fait des progrès et devient supportable. Cela compense le vide laissé par le vrai Dov. Par contre, côté humour, le film fait plus que égaliser son prédécesseur avec un excellent rythme de blagues et une utilisation beaucoup plus élaborée des comiques. Et avec 7,5 millions d’entrées, les spectateurs l’ont bien compris, cette suite surclasse largement le 1 et même si certains problèmes persistent (problème de casting), on atteint un nouveau niveau de divertissement. La barre sera placée haute pour leur troisième aventure !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.