Gantz 2 : Révolution

Gantz 2 : Révolution
2011
Shinsuke Sato

Tourné en simultané de Gantz, cette suite va tenter de dissiper les innombrables mystères qui entourent l’intrigue. Gantz, c’est des gens qui auraient dû mourir mais qui ont été sauvés par « Gantz », grosse sphère noire qui commande à ses rescapés de tuer des cibles (des extraterrestres). Dans un style résolument sombre et réaliste, malgré le côté science-fiction et monde parallèles, le premier avait brillé par son rendu graphique (design et effets spéciaux) et son ambiance unique. Aussi passionnante et intrigante que fut l’histoire, cette suite a la lourde tache de répondre à des questions dont on craint la réponse tellement elle pourrait changer la face du monde…

La dernière mission de Kurono (Kazurani Ninomiya) fut des plus violentes et malheureusement, son ami Kato (Kenichi Matsuyama) est mort dans la bataille. Du coup, il n’a plus le choix : il doit accepter son sort et se battre au sein de Gantz pour accumuler des points et gagner le droit de ressusciter Kato. Grâce à son expérience et son talant, il arrive tant bien que mal à survivre et faire survivre ses collègues d’infortune. Ils sont soudés et ont un objectif : ressusciter toutes les victimes du « jeu ». Mais seulement voilà : les extraterrestres organisent une contre offensive…

Généralement, quand plusieurs films sont tournés en même temps avec les mêmes acteurs et la même équipe, le niveau du film devrait être sensiblement équivalant. Le problème c’est que quand on fait monter une telle pression et un tel suspense autour de l’histoire, on attend chaque réponse au tournant. Le début est la continuation parfaite avec une logique irréprochable et une réalisation toujours aussi soignée et une ambiance pesante et noire particulièrement réussie. Les explications sont parfaites et le suspense est à son comble lorsque… rien ! La seconde moitié de ce film interminable est très en dessous des attentes puisqu’elle répond aux questions par la mort et le désespoir. On assistera même à des scènes d’une atrocité rarement exprimée au cinéma avec l’assassinat d’enfants et autres barbaries. La dernière mission n’apporte pas grand chose et elle s’éternise méchamment. Le titre VO est perfect answer (réponse parfaite) ce qui est très loin d’être le cas puisque ladite fin déçoit fortement dans la mesure où elle est attendue et franchement triste. Reste une histoire très forte qui mériterait plusieurs suites pour faire la lumière sur certains points et conclure sur le destin de quelques personnages/races. Mais étant donné les enjeux financiers, on ne verra probablement plus aucun autre film… On se contentera du très bon manga.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.