Le Voyage extraordinaire de Samy

Le Voyage extraordinaire de Samy
2010
Ben Stassen

Les petits pots ont été mit dans les grands pour cette production franco-belge : plus de 20 millions d’euro de budget ! De plus, il s’agit de l’une des toutes premières productions 3D de notre histoire. La réussite fut de mise puisque le film fut crédité de plus de 65 millions $, chose exceptionnelle pour un film d’animation européen le classant 2° plus gros score, derrière les 107 M$ d’Arthur et les Minimoys, et premier en terme de bénéfices. Comme quoi, c’est loin d’être à l’image des qualités du film.

L’histoire est on ne peut plus banale : la vie d’une tortue, en l’occurrence celle de Samy (Dany Boon). Le film prend place à sa naissance au moment de l’éclosion sur une plage. C’est à ce moment là qu’il rencontrera l’amour de sa vie : Shelly. Mais la vie est rude et ils seront immédiatement séparés et Samy va se retrouver livré à lui-même dans un océan immense aux milles dangers. Mais alors que tout espoir semblait perdu, il fit la rencontre de Ray (Elie Semoun) qui deviendra pour toujours son meilleur ami. Ensemble, ils vogueront sur l’océan. A moins que…

A l’image du Monde de Némo, le film propose un voyage insouciant dans des eaux troubles et dangereuses à l’instar qu’ici le danger est plus réaliste, plus cru et omniprésent bien que le film s’adresse toujours autant aux enfants et que le happy ending est assuré. Le film se déroule entre les années 60 et aujourd’hui et montre du doigt les hippies, les pétroliers, les pêcheurs et autres comportements jugés malsains pour les animaux. Et vu le nombre d’incidents liés à l’homme dans ce film, c’en devient presque du militantisme. Mais une fois accepté ce point de vue, l’histoire est assez banale dans le genre comédie-romantique et film d’animation pour enfants avec rien de bien original ni de surprenant. Par contre, il faut bien reconnaître au film sa qualité graphique. Si les animaux ne sont pas exceptionnels, il faut bien dire que les décors et les environnements aquatiques sont splendides et le résultat général force le respect tant c’est propre, coloré, artistique et féerique. Il s’agit donc avant tout d’un film mignon, largement aidé par une image impeccable, destiné aux gens cherchant une distraction naïve et simple. Mission réussie !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.