Time Out

Time Out
2011
Andrew Niccol

Parler de la mort n’est pas un sujet facile… Si de nos jours les principales causes de mortalité sont de plus en plus le cancer et la maladie, le temps joue aussi un très grand rôle dans ce processus à l’heure actuelle inévitable et inhérent à notre condition humaine. Le film opte pour une approche futuriste de ce fléau où seul le temps serait un frein à l’immortalité. Par un procédé complètement inconnu, injustifié et irrationnel, la vision d’avenir présentée montre un monde libéré des maladies, de la mort et de la vieillesse. Chaque personne vie normalement jusqu’à ses 25 ans puis sa mort est activée : toute personne possède un compteur de temps (initialisé à un an le jour de ses 25) qui s’amenuise pour chaque seconde qui passe et chaque achat (car le temps fait aussi office de monnaie). Et si le compteur affiche 0, la personne meurt d’une crise cardiaque. Après 25 ans, le corps ne subit plus le passage du temps et reste jeune. Et bien évidemment, les pauvres n’arrivent pas à travailler suffisamment pour survivre très longtemps. Du coup, certains riches ont carrément la possibilité de vivre éternellement…

Le film prend place dans un ghetto avec Will Salas (Justin Timberlake) et sa mère (Olivia Wilde), vivant au jour le jour et se réveillent le matin avec moins de 24 heures au compteur. Mais un jour Will va croiser un homme étrange avec plus d’un siècle de vie ! – En fait ça peut sembler énorme comme ça mais cela permet tout juste de vivre chez les riches, et encore, pas éternellement. – Bien décidé à s’en servir à bon escient, Will va aller chez les riches pour jouer les robins-des-bois et redonner aux pauvres les richesses. Et avec Sylvia (Amanda Seyfried), le fille du directeur des banques de temps, il va tenter de mettre à exécution son plan. Mais les agents du temps (Cillian Murphy) veillent…

Pour un film de science-fiction, le moins que l’on puisse dire c’est que malgré une histoire assez travaillée, la cohérence et la science semblent être les derniers de leurs soucis. On est plongé dans un monde qui n’a que son système de futuriste et toutes les raisons de cette situation sont un mystère absolu. « Heureusement », la simplicité générale du film évite que l’on ne se pose trop de questions. C’est dommage car contrairement à l’intrigue, les personnages et l’ambiance ont une véritable profondeur artistique. On se consolera avec l’impressionnant casting, le soupçon de suspense et la dynamique du film. Mais il n’empêche que le film rate aussi un point crucial : la mort. Son approche est alarmante, sombre et démoralisante. Le film avait tout pour être un must du genre mais son manque de réflexion l’entrave au simple rang de film sympathique et divertissant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.