Podium

Podium
2004
Yann Moix

Alors que demain sort le très attendu Cloclo, il est l’heure de se remémorer cet hommage à son œuvre que les français avait à l’époque crédité de près de 3.6 millions d’entrées, un score phare (d’Alexandrie). Il avait aussi lancé Yann Moix, suicidé cinq ans plus tard avec son second film : Cinéman, l’un des films les plus navrant qui soit. Cela remet en cause mon jugement lors du premier visionnage, peut-être pas si bon que dans mes souvenirs. Verdict ?

Point de biopic ici, il s’agit de l’histoire d’une passion, celle de Bernard Frédéric (Benoît Poelvoorde) pour Claude François. – Le film fait d’ailleurs pale figure face à la référence de l’idolâtrie : Jean-Philippe. – Avec son meilleur ami Couscous (Jean-Paul Rouve), il a parcouru la France de salle en salle pour promouvoir son talant d’imitateur (l’imitation est tout de même meilleure pour les chorégraphies que pour la musique). Mais ce « métier » ne rapporte pas beaucoup et sa lubie coûte chère, trop pour sa femme (Julie Depardieu, dont le rôle lui a valu une nomination aux Césars) qui l’oblige à ranger ses gants. Mais cinq ans plus tard, Couscous le convainc de participer au concours des sosies…

Pour bien l’apprécier, du moins un peu mieux, il est important d’esquiver la version longue. Non seulement toute les scènes rajoutées sont mauvaises et alourdissent le film, mais en plus cette version rajoute une introduction inquiétante sur un passé violent et psychopathe du fameux Bernard Frédéric. Mise à part ça, il s’agit d’une comédie grasse et pas très bonne mais qui possède deux trois scènes sympas et une BO forcément bonne. On notera d’ailleurs que la performance vocale de Benoît Poelvoorde n’est pas trop mal. Après, on dira merci à la fin qui se montre plus forte et plus intéressante que le reste, ce qui sauvera un temps soit peu le film. Mais de toute façon, l’idée n’était pas géniale et son approche est trop malsaine. Mais dans quelques heures, un nouveau Cloclo viendra, on l’espère, nous faire oublier tout ça et marquer une bonne fois pour toute cette icone française dans notre patrimoine cinématographique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.