Brüno

Brüno
2009
Larry Charles

Après un Ali G mitigé, le comique américain Sacha Baron Cohen avait fait très très fort avec son immigré Kazakh et avait choqué le monde entier par ses frasques très déplacés et particulièrement outrageantes dans son fameux Borat. Pour son troisième film, il place la barre encore plus haut et souhaite aller encore plus loin et faire encore plus trash.

Après la pseudo racaille et l’immigré crade, Sacha Baron Cohen s’attelle à un autre de ses personnages de son ancien show télévisé : le styliste autrichien Brüno. Il est un homosexuel épanoui et aucunes pratiques ne lui est inconnue, même les plus hard. C’est un grand malade complètement fêlé qui vit sa vie comme il le souhaite et se contrefout des autres. Mais ses innombrables dérapages le conduiront au point de non-retour, mettant un terme à sa carrière et anéantissant son image. Avec son fidèle assistant Lutz, il décidera de remonter en scelle et va aller à Hollywood pour y devenir une star. Mais il va se rendre compte qu’être un gros pervers d’homosexuel n’aide pas franchement à s’intégrer…

Dire que ce film est une vaste plaisanterie serait un doux euphémisme. Le niveau de connerie est tel que rien ne tient la route. Le film ne raconte pas tellement une histoire mais plutôt les frasques immondes d’un psychopathe écœurant. Si on enlève les blagues autour du cul et de la queue, il ne reste plus grand chose. Et le dire en allemand ne change pas grand chose au problème. On dirait que le seul but du film est de nous choquer au plus haut point. De ce point de vue là, la réussite est totale. Et il faut quand même le dire, c’est tellement osé que le faire force le respect tant son amour propre doit en prendre un coup. De ce fait, le bilan sera assez mitigé entre impressionné (trop fort ce qu’il ose) et choqué (c’est vraiment dégueulasse). Reste à savoir si le futur Dictator qui sortira dans quelques mois repoussera une nouvelle fois les limites de l’obscénité et du politiquement incorrect. Mais veut-on vraiment le savoir ? Que Dieu nous pardonne nos péchés…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.