Coup d’éclat

Coup d'éclat
2011
José Alcala

Les américains ont leurs gros films spectaculaires et leurs grosses comédie, les japonais ont les plus beaux et poétiques films d’animations, les espagnols ont des films originaux et surprenants, chaque pays a sa spécialité. En France, on a une spécialité assez indigeste : le polar. Si certains se contentent d’être mauvais, la grosse majorité est largement insupportable. Ce genre, qu’on pourrait considérer comme le plus pauvre qui soit, cumule généralement une absence de scénario, des acteurs bidons et un rythme plus efficace que n’importe quel autre somnifère. Et évidemment, ce film en sera l’indigne modèle.

L’histoire ne cherche même pas à s’en donner des aires : Catherine Frot enquête sur un suicide qu’elle juge suspect car il fut dans une zone sensible pleine d’immigrés. Et, oh surprise, c’était suspect…

Raciste, aigrie, méchante, associable, solitaire, le personnage principal cumule toutes les qualités requises pour être détestée. Le problème, c’est que ça n’évoluera pas durant le film, bien au contraire ! Son pseudo coup social politiquement correcte est vomitif, exécrable et pitoyable. La connerie humaine n’a t-elle donc pas de limites ? Et RIEN ne rattrapera cette histoire inexistante et cette « héroïne » lamentablement interprétée, comme le reste des personnages faisant défiler des acteurs plus minables les uns que les autres. Le rythme est lui même aussi mou que le ventre de Hollande. Et le tout s’achève dans une avalanche de clichés et de gnangnan. Ce film ne mérite pas d’exister.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.