Edward aux mains d’argent

Edward aux mains d'argent
1991
Tim Burton

Si tout deux avait commencé à avoir une bonne carrière, ce film marquera le début d’une collaboration désormais éternelle entre Tim Burton et Johnny Depp. Depuis, chaque film de ce duo est une grande réussite. Que ce soit au niveau critique que financier.

Le film raconte l’histoire improbable, sans nul doute assez largement inspirée de Frankenstein, d’un monstre : Edward (Johnny Depp). Dans une petite ville tranquille des Etats-Unis, un vieil inventeur s’était reclus dans un château et travaillait sur un prototype d’humain. Mais il mourus avant de finir son œuvre… De ce fait, Edward possède des ciseaux à la place des mains. Une gentille dame qui passait par là ne pu se résoudre à laisser ce pauvre jeune homme dépérir seul dans ce lieu lugubre et décida de le ramener chez elle. Il devra apprendre à vivre avec les autres malgré sa singularité.

Plus qu’une histoire fantastique surréaliste, le film est une romance impossible entre le pauvre Edward et la fille de sa famille d’accueil, incarnée par Winona Ryder. Cette histoire d’amour n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle de L’Homme bicentenaire (enfin l’inverse). Et si on n’y croit pas vraiment, il n’empêche que les deux sont attendrissant, bien que la fille ne le devienne que très tardivement. De manière générale, le film à un côté irréel assez marqué par les situations mais aussi par les effets de champs (pièces vides, sculptures incroyables, château semblant incrusté) et la réalisation qui renforce cette sensation. Si la technique est vieille (cicatrices mal faites) et que le côté pastiche des quartiers résidentiels américains est exagéré, le film n’a rien perdu de son charme et cette œuvre exceptionnelle restera intemporel. Un grand classique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.