La guerre est déclarée

La guerre est déclarée
2011
Valérie Donzelli

Quand on veut que quelque chose soit bien fait, il faut parfois le faire sois-même. C’est du moins ce qu’à décidé Valérie Donzelli pour adapter sa propre histoire à l’écran, celle de son fils et de son couple. A l’époque où elle était mariée avec Jérémie Elkaïm, de leur amour naquit un petit garçon, appelé dans le film Adam. Mais plus les mois passaient et plus les problèmes se multipliaient : retard de parole, incapable de marcher, vomissements importants, fatigue oculaire et paralysie faciale. Après plusieurs rendez-vous chez le médecin puis un scan, le résultat tomba : Adam souffre d’une tumeur au cerveau. Et très vite, les mauvaises nouvelles vont s’enchaîner et l’espoir va disparaître… Et pour jouer le rôle des parents, ce sont directement les deux concernés qui reprendront leur rôle.

On s’en doutait mais ce sera très lentement confirmé : leur fils va s’en tirer. On peut quand même se poser des questions quand aux possibles séquelles quand on voit sa tête… Mais après tout, la réalisatrice ne souhaitait pas créer un quelconque suspense puisqu’elle préférait se concentrer sur la relation et l’amour des deux parents. Veut-elle se remettre avec son ex ? Son objectif étant de montrer la « fureur de vivre » des parents et transformer cette douloureuse épreuve en une victoire heureuse. C’est un ratage complet. Si la mise en scène cabotine et amatrice peut être pardonnée, certains choix sont calamiteux. La présence d’un narrateur ne choquerait pas s’ils n’étaient pas trois et que leurs existences étaient justifiées. Mais il n’en est rien, ça n’est que brouillon et incompréhension. Le fameux couple aurait pu, et aurez dû, être un symbole de force et de détermination émouvante aux vus de la qualité des acteurs. Mais seulement voilà, ils ne sont que des lâches n’osant pas affronter la réalité et préférant tomber dans l’excès en claquant tout leur pognon et enchaînant les fêtes alcoolisées et enfumées. Pire encore, pour ce faire ils quittent leurs emplois et vivent aux crochets de leur familles. Certes leur situation est horrible mais un tel comportement empêche toute empathie ou sympathie à leur égard. Du coup, si le sujet est fort et les acteurs excellents, l’effet émotionnel du film tombe à plat. Et devant pareille lenteur avec d’interminables scènes au ralenti et de grands moments de vide, ce qui aurait pu être une magnifique histoire bouleversante devient un mauvais drame bien chiant malgré sa base solide.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La guerre est déclarée

  1. françois dit :

    Félicitation mec d’avoir regarder le film jusqu’au bout, un vrai calvaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.