Hooligans

Hooligans
2006
Lexi Alexander

Occuper une soirée est parfois compliqué lorsqu’il s’agit de sélectionner le film du soir. Et c’est dans ces moments de faiblesse qu’on en vient à choisir tel film plutôt qu’un autre en raison de son casting. Une roulette russe rarement payante mais qui offre l’espoir d’une belle surprise.

Mettant donc en scène Elijah Wood, seule et unique raison me l’ayant fait choisir, le film retrace le parcours peu banal de Matt Buckner, étudiant à Harvard en journalisme. Mes ses études prirent brutalement fin lorsqu’il fut condamné pour possession de drogue sur le campus, et ce à cause de son colocataire malheureusement intouchable de par son puissant père. Radié pour toujours, il se réfugia en Angleterre où sa sœur a élu domicile avec son mari et son fils. Dès sa première journée, il fut initié par le frère de son beau-frère au milieu des supporters de football. Beuverie, chants locaux et grosses bagarres sont leur quotidien. Mais seulement voilà : cette bande de Hooligans sont joyeux et accueillant. Et très vite, Matt va devenir l’un des leurs.

Après une inquiétante première scène, le film nous présente un Elijah Wood immédiatement sympathique de par son habituel côté victime toute frêle. Puis vient le sujet de ces gros durs avides de sangs et rêvant de perdre glorieusement une partie de leur dentition en l’honneur de leur club de foot – qui, au mieux, s’en fout royalement – et suivent comme des chiens leur maître qui aboie les ordres à grand coup de peinte bien fraîche. Les personnages sont travaillés, chacun possède un passé intéressant et l’histoire possède un vrai fond. Les acteurs ne sont pas mauvais et tout tient pas mal la route. Malheureusement, une fois passé les dix premières minutes prometteuses, le film s’embourbe et mettra un temps infini à se dévoiler alors qu’il possède de réels arguments. La dernière demi-heure révélera vraiment le film mais le mal est déjà fait : presque tout les spectateurs auront lâché l’affaire. C’est d’autant plus dommage que la fin, certes attendue, a la classe. Mais n’avoir que 40 minutes bonnes sur un total de 120, c’est loin d’être suffisant pour convaincre. Manque de rythme, manque d’ambition mais un certain potentiel.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.