The Dark Knight

The Dark Knight
2008
Christopher Nolan

Alors qu’on la croyait morte, la saga Batman reprit de plus belle grâce à Christopher Nolan et son Batman Begins qui mettaient en avant un héros bien plus sombre dans un Gotham plus pourri que jamais. Et la mission fut réussie puisque si le film fut tout juste rentable, les critiques furent élogieuses et le film fut un carton monumental en DVD et à la télé, rassurant largement les producteurs. Et le résultat de cette suite fut sans précédent pour un super-héros : plus d’un milliard de dollars dans le monde ! Succès dut malheureusement en parti à feu Heath Ledger, mort à quelques mois de la sortie du film…

Comme annoncé dans le premier film, cette seconde aventure mettra le Batman, Bruce Wayne (Christian Bale), face au Joker (Heath Ledger), un dangereux psychopathe qui rêve de voir Gotham imploser sous la folie et que le monde s’écroule. Pour cela, il s’en prendra au futur remplaçant de Batman, le chevalier blanc de la ville : Harvey Dent (Aaron Eckhart). En plus d’être le concubin de Rachel Dawes (Maggie Gyllenhaal), il officie en tant que procureur de la justice et fait équipe avec Gordon (Gary Oldman) pour mettre fin aux agissements de la pègre. Mais qui arrêtera qui en premier ?

Acclamé par la presse et les spectateurs, le film fait effectivement très fort. Beaucoup plus sombre, le film met en avant (ou arrière plutôt) un Batman fatigué, lent, lourd et vulnérable qui, conscient de ses limites, cherche à arrêter les frais tant qu’il le peut. Son remplaçant tout désigné est Harvey Dent, brillamment interprété par Aaron Eckhart, rattrapant un temps soit peu le regrettable changement de Rachel, néanmoins particulièrement judicieux dans la mesure où sa mort nous touche largement moins. Côté casting, on notera les faibles participations des non moins géniaux Michael Caine et Morgan Freeman et un fléchissement de Christian Bale pas tout à fait remit physiquement de The Machinist et dont la voix ténébreuse de son Batman commence à lasser. Mais le point central du film qui a retenu l’esprit du public au point de lui attribuer de façon posthume un Oscar, c’est bien sûr Heath Ledger dans son costume haut en couleurs du Joker. Son personnage est assurément un bien meilleur méchant que l’épouvantail (Cillian Murphy, faisant ici un rapide caméo) et sa version surclasse largement celle du premier film de 1989, mais il n’arrive tout de même pas au niveau de classe de Ra’s Al Ghul. Mais sa présence étant plus longue et plus remarquée, il se hisse au rang de meilleur méchant de la saga. Côté visuel, on en prend plein la face entre une réalisation parfaite et une ambiance pesante et surréaliste. Assurément l’un des plus grands films de justicier.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.