The Dark Knight Rises

The Dark Knight Rises
2012
Christopher Nolan

Il y a sept ans Christopher Nolan ressuscitait le mythique personnage de Batman grâce à son excellent Batman Begins puis a marqué les esprits avec son The Dark Knight qui mettait en scène un Joker exceptionnel, récompensé par pas moins d’un milliard dans le monde. Mais un drame frappa la saga : la mort de l’interprète du Joker. Originellement, Nolan a toujours souhaité finir sa trilogie par le procès du Joker, chose impossible avec un autre acteur. La réécriture du film fut longue et il aura fallut attendre quatre longues années pour en voir enfin le résultat. Comment une telle saga peut-elle se finir ? Deux choses laissent à penser une fin fidèle au comics : la présence de Bane, l’homme qui brisa la colonne vertébrale de Bruce Wayne, et la diffusion pré-séance de la bande-annonce de Man of Steel, le prochain Superman (qui n’aura finalement pas été diffusé). Mettra t-il fin aux jours du justicier comme dans le comics ? C’est tout de même peu probable : Superman est un extraterrestre aux super-pouvoirs alors que cette saga Batman se veut réaliste. Son incursion dans Gotham serait donc en désaccord avec la politique jusqu’alors établie. Mais qu’en est-il ?

Pour cette troisième aventure, la ville n’a plus besoin de Batman (Christian Bale) : le crime n’est plus et Gordon (Gary Oldman) accumule les détenus au nom d’une nouvelle loi baptisé en l’honneur de Harvey Dent. Huit années ont passé et Bruce Wayne est à l’image de Batman : disparu. Il se traîne dans son manoir avec son bon vieux Alfred (Michael Caine) tendit que Gotham coule des jours heureux. Mais tapi dans l’ombre, un certain Bane (Tom Hardy) fomente une révolution et prépare l’expiation de Gotham. Convaincu par un jeune policier dynamique, Blake (Joseph Gordon-Levitt), Bruce accepte de reprendre du service pour débarrasser la ville de lui grâce au soutien indéfectible de Lucius Fox (Morgan Freeman). Mais Bane est de taille et tente même d’abattre l’empire Wayne, sauvé de justesse par la société de Miranda (Marion Cotillard). Mais avant qu’il n’eu le temps de comprendre la situation, Bane avait réussit à retourner la voleuse Selina Kyle (Anne Hathaway) contre lui pour le détruire. Enfermé dans une prison africaine, Bruce est condamné à voir Gotham tomber face à Bane qui la menace de destruction atomique.

Pour cet ultime volet, on nous lâche dans un Gotham libre et sauvé mais dont le système est basé sur un mensonge : celui d’Harvey Dent, conduisant à la fin du Batman. On découvre donc un Bruce abattu, faible, boiteux et miteux. Au loin se profile la menace d’un Bane au charisme bien moindre comparé au Joker et à l’épouvantail (Cillian Murphy) et Ra’s Al Ghul (Liam Neeson), faisant tout deux un retour sympathique. Sa voix est aussi problématique : tout autant exagérée et mécanique que Batman. Heureusement, sa mission a une classe folle et voir une ville s’effondrer et subir la menace ultime donne au film une ambiance pesante et exaltante. Néanmoins, les autres nouveaux personnages sont exceptionnels : Anne Hathaway fait une Catwoman très convaincante, quoique par moment exagérée ; Joseph Gordon-Levitt est quand à lui La grosse révélation du film : personnage intéressant, passionné et brillamment interprété, bien que son évolution ne surprendra personne ; et Miranda, dont le personnage d’apparence froid et austère va amener de grosses surprises. Petit bémol par contre pour Marion Cotillard, clairement pas au niveau des autres… La réalisation est toujours aussi parfaite et l’action fuse à partir de la seconde moitié. En effet, le début flotte un peu et tarde à nous dévoiler l’intrigue, finalement très bonne et beaucoup plus élaborée que les deux précédentes. Et tout ça se clôture intelligemment et magistralement et bien qu’on émettra quelques réserves sur certains points, on ne peut qu’applaudir le résultat tant cette fin conclue la trilogie en apothéose. La fin est ouverte et laisse beaucoup de possibilités à creuser. Espérons que l’avenir de la saga soit digne de son héritage.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.