Space Destructors

Space Destructors
2012
C. Thomas Howell

Dans la grande famille des direct-to-DVD, c’est ce coup-ci la science-fiction qui se voit honoré avec ce film au principe simple : l’humanité mérite t-elle de vivre ? Pour en avoir le cœur net, une population alien plus avancée décide de dépêcher sur Terre plus de 600 robots destructeurs capables de raser la planète mais surtout, capables d’en changer l’axe de rotation et commander son implosion. Mais le sort de l’humanité n’est pas scellé : si durant les 24 prochaines heures un humain convainc la destructrice (alienne d’apparence humaine en mission de reconnaissance avec un protecteur) de la valeur de l’humanité, la Terre ne succombera pas à ses occupants, effectif au prochain couché de soleil. Mais malheureusement, l’armée les intercepta dès leur arrivée et les traite comme des terroristes.

N’ayant pour ainsi dire aucun budget, les quelques séquences impliquant l’utilisation des effets spéciaux ont une bonne vingtaine d’années de retard, sans pour autant en être risible. C’est donc avant tout un film psychologique entre des extraterrestres surpuissants et terrorisants, mais neutres et impartiales, et l’armée, avec son habituel sens du méprit et de l’animosité. Certains se dresseront et tenteront de trouver une réponse à la valeur de l’humanité mais le constat réaliste est bien fataliste : nous ne méritons pas de survivre. Par soucis de modestie, le film ne proposera pas de solution à nos guerres et autres incivilité. Le film ne fait que mettre le doigt sur notre talent d’autodestruction et sur notre manque de communication en cas de rencontre alien. Evidemment, c’est assez mal fait mais mine de rien, les acteurs ne sont pas mauvais (on retrouvera d’ailleurs l’acteur incarnant le nouveau pilote d’avion d’un autre direct-to-DVD : B-17) et certains effets de lumières sont esthétiques et sont alliés à une musique dynamique et épique, ce qui rend ce débat philosophique plutôt distrayant et pas désagréable à regarder. L’idée est bien exploitée sans être particulièrement inoubliable mais on apprécie l’effort d’originalité. Une surprise intéressante.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.