Dangereuse séduction

Dangereuse séduction
2007
James Foley

Les gens sont t-ils ceux qu’il prétendent être sur les sites de chat et de rencontre ? Se croyant innovante, l’équipe du film y immisce ce sujet dans son film d’espionnage sur un meurtre.

Ainsi, on suivra Rowena Price (Halle Berry), une journaliste en quête d’un nouveau sujet fort suite à l’étouffement de sa dernière affaire. Une de ses amie la pistonna alors sur un cas d’infidélité, mais elle déclina.  Elle revint finalement sur sa décision lorsqu’elle constata la mort de cette même amie. De ce fait, avec l’aide de son meilleur ami Miles (Giovanni Ribisi), elle va partir à la chasse à Harrison Hill (Bruce Willis) en se faisant passer pour une stagiaire. Son but ? Faire le lien entre ADAX, le pseudo d’une personne probablement impliquée dans la mort de son ami, et Harrison, le patron infidèle.

Après une petite introduction journalistique intéressante, le film va immédiatement connaître un passage à vide long de bien 15 minutes correspondant au flottement entre les deux affaires. Puis vient enfin notre Bruce Willis rendant le casting vraiment colossal, mais uniquement en apparence. Le constat est alarmant : tout les acteurs sont vides, comme blasés par leur propre prestation. Tout sonne faux et le pseudo twist-ending est à moitié attendu et à moitié tiré par les cheveux. Souffrant d’un rythme lamentable, le film accumule les tares et le prouve dans son dernier délire. Il y avait quelques idées, un gros casting, mais rien de bien passionnant au final.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.