Jennifer’s Body

Jennifer's Body
2009
Karyn Kusama

Le film d’horreur est sans doute le genre le plus difficile à appréhender. Nombreux sont ceux à massacrer le film car il est trop violent ou pas suffisamment, discrédibilisant la critique de chacun. Que ce genre de films obtienne ou non des notes corrects n’est en aucun cas représentatif de sa qualité. Son semi-échec au cinéma n’est en rien une surprise puisque c’est le cas de quasiment tout les films d’horreur. C’est donc l’esprit tranquille qu’on peut lui donner sa chance.

Dans le film, on suivra deux lycéennes proclamées meilleures amies pour la vie : Jennifer (Megan Fox) et Needy (Amanda Seyfried). Une longue amitié qui dure depuis le bac à sable et si Jennifer est une chearleader très populaire et Needy plus réservée se contentant de son Chip (Johnny Simmons), leur attache est toujours aussi forte au point de développer une forte empathie. Mais leur vie bascula un soir alors qu’elles assistaient à un concert dans un bar. Les flammes se répandirent dans tout l’établissement, tuant des dizaines de personnes. Choquée par la situation, Jennifer va être kidnappée par le groupe de musique souhaitant sacrifier une vierge au diable pour connaître gloire et fortune. Mais bien évidemment, elle était loin de l’être et le rituel la transforma en démone. Et pour survivre et garder force et beauté, elle devra se repaître d’entrailles humaines !

Comme c’est souvent le cas dans le cinéma d’horreur, on nous sert le film sur fond de comédie, avec aussi ici une forte propension au fantastique. L’ambiance du film est donc toute particulière et bien qu’on a conscience que ça n’est pas très original, le résultat est un incroyable vent de fraîcheur sur un genre en perdissions. L’humour est fin et fait mouche systématiquement (la scène au lit est à mourir de rire) et chaque passage est nuancé par un acte d’une rare violence. Le film fait très fort en nous attirant par le charme fou de Amanda Seyfried et la beauté brutale de Megan Fox tout en nous faisant sursauter par sa transformation et autres apparitions ténébreuses. Le film est par moment parodique mais c’est justement ça qui est bon et le jeu des actrices n’en est que plus logique. C’est du grand n’importe quoi sexy, gore, envoûtant, terrifiant, drôle et triste. Un mixe improbable entre un teen-moovie et Hannibal. Certains n’y adhéreront pas et c’est bien dommage car il s’agit clairement d’un coup de génie qui vaut le détour.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.