Le Petit Lord Fauntleroy

Le Petit Lord Fauntleroy
1980
Jack Gold

Sorti en catimini à son époque, temps infini pour sortir en DVD (26 ans plus tard), difficile de se rappeler ou même de connaître ce film tant son existence est confidentielle. Nous pouvons donc remercier nos chères chaînes télévisuelles pour diffuser encore le film, sans quoi ce petit bijou de poésie tomberait dans l’oubli.

Le film prend place en Amérique, alors que Cédric, 8 ans (ou à peu près), coule des jours heureux avec sa mère et ses amis le cireur et l’épicier. Mais un jour, son grand-père aristocrate le contacta, souhaitant qu’il s’installe avec lui en Angleterre et se familiarise avec ce qui deviendra ses futures terres. Souffrant de la goutte, le vieille homme se voit déjà dans la tombe et Cédric étant son seul héritier, il se doit de perpétrer l’héritage. Méchant, avare et rancunier, il est détesté de tous, en particulier sa belle-fille, invitée pour sa part à loger dans une maison éloignée du château pour éviter tout contact avec elle. Voulant le sortir de la pauvreté, la mère de Cédric accepta l’invitation, en omettant ses différents avec son grand-père, pour ne pas le condamner d’emblée à ses yeux. Et bien heureux sont les ignorant : persuadé que son grand-père est un homme formidable, il va lui offrir tout son amour et voir en chacune de ses actions un acte bienveillant envers ses concitoyens. Succombant à la gentillesse innée de son filleul, le grand aristocrate tyrannique va peu à peu laisser tomber le masque et ouvrir son cœur.

Le coup de l’enfant qui réussi à redonner goût à la vie d’un vieux Scroodge n’a rien de nouveau, mais c’est dans l’approche que le film se montre original. Dans le film, Cédric n’a aucune idée de qui est réellement son grand-père et il agit comme s’il était un noble et généreux seigneur. Voulant bien faire et croyant lui faire plaisir, il multipliera les actes bienveillants et désintéressés et se montrera courtois et modeste face à chaque citoyen croisant son chemin. Son approche humaine piégera son aïeux et l’obligera à agir lui aussi de même, de sorte que la cohabitation le rend meilleur. La façon dont le film aborde le thème, le détachement, le naturel, l’humour, fait qu’il est impossible d’y résister, et c’est avec un sourire émut que le film se laisse savourer, alliant poésie et simplicité. Une bien belle histoire qui ne manquera pas de titiller la petite larme.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.