Twilight – Chapitre 5 : Révélation 2e partie

Twilight - Chapitre 5 : Révélation 2e partie
2012
Bill Condon

Comme pour Harry Potter, la saga Twilight est venue en réponse à un phénomène littéraire, dont l’engouement s’est ensuite reproduit dans les salles de cinéma : plus de 2,5 milliards de dollars en quatre films. Mais tout ceci prend fin avec cette conclusion du quatrième roman vampirique de Stephenie Meyer. Seconde partie de Révélation, cet ultime épisode ne fera pas que combler les fans et il faut le voir pour le croire.

Après son accouchement des plus difficiles, Bella (Kristen Stewart) ouvre ses yeux de vampire sur le monde pour la toute première fois, partageant ainsi la nature de son mari Edward (Robert Pattinson). Nouveau-né en éveil, elle se montre d’une force extraordinaire et résiste même aux terribles tentations sanguines. Mais à peine eu t-elle le temps de faire connaissance avec sa fille Renesmée (Mackenzie Foy) – et d’apprendre joyeusement l’imprégnation de Jacob (Taylor Lautner) pour elle – qu’une menace se profila : Irina (Maggie Grace) aperçu l’enfant et l’a prit pour une immortelle, démon maléfique. Immédiatement prévenu, Aro (Michael Sheen) trouva enfin le motif qu’il cherchait depuis longtemps pour détruire la famille Cullen et emprisonner Alice. Espérant pouvoir plaider sa cause, Carlyle va réunir toutes ses connaissances et amis pour prendre sa défense, mais la bataille semble inévitable…

C’est une première, le film commence par un générique, nous rappelant au passage la très belle musique de la saga, qui colle plus que jamais à l’ambiance triste et pesante du film. S’en suit la formation éclair de Bella aux arts vampiriques, très intéressant et qui propose au spectateur de se glisser dans la peau de ce chasseur, nous montrant au passage ce qu’ils ressentent réellement. Sur un ton lourd et pesant, le film nous laisse croire à un « happy continue for ever », berçant nos oreilles de cette sublime mélodie mélancolique et montrant que à l’image de l’évolution de la maturité au cours des films, les acteurs ont eux mêmes largement progressé. Néanmoins, on notera que le vieillissement accéléré de Resnesmée est assez laid, prouvant que vouloir modéliser le visage d’une actrice de 12 ans sur un bébé ou une jeune fille est autrement choquant pour la rétine. Puis le film connaîtra un long moment de battement, pas totalement inintéressant mais un peu trop mou, correspondant à la mise en place de la bataille finale. Un combat des plus épiques et franchement réussi sur le plan visuel – et heureusement avec 130 M$ de budget – et puissant en terme de dynamisme, mais qui prend un virage à la Harry Potter 8 en voulant faire mourir une grande partie des personnages principaux et secondaires. Sous le choc, le spectateur se rend ainsi compte que, malgré la qualité générale discutable de la saga, ces personnages se sont rendu peu à peu attachant, et les voir ainsi tomber et aussi violemment nous affecte. Et soudain, vlan ! La surprise la plus inattendue du siècle ! Un TWIST ENDING ! Pour de vrai, dans un Twilight ! Et pas un petit, un énorme ! Abasourdi tellement en voir un dans ce genre de film tient du miracle, le spectateur hallucine devant une telle intelligence scénaristique qui justifie à lui seul la saga complète, puis nous livre sa conclusion heureuse et éternelle, avant un générique magnifique qui ne fait pas que rendre hommage à l’équipe du film, mais bien à toutes celles ayant œuvré sur l’un des cinq films, allant même jusqu’à honorer les deux actrices ayant incarné Victoria. Une façon forte et émouvante de remercier l’ensemble des fans ayant soutenu la saga depuis le début.

Plus une saga dure, et plus le risque de déception quand à son achèvement est grand. Qui n’a pas pesté devant la morosité du final de Lost, ou devant celui amer du Seigneur des Anneaux ? Qui n’a pas crier au scandale face au bain de sang gratuit et inutile de Harry Potter, finissant sur un nouveau cycle dispensable ? On ne se mentira pas, Twilight a commencé sous des aires de comédie-romantique idéaliste pour jeunes filles puériles, et pas grand monde en attendait tellement plus. Et pourtant, chaque film a marqué une évolution positive vers le chemin de la maturité, et ce dernier volet marquera sans doute bon nombre d’esprits par son final mémorable et épique aboutissant sur un twist ending de qualité qui calme. Les derniers instants renoueront avec le romantisme et la poésie, nous rappelant à la nostalgie de cette rencontre, peut-être pas écrite dans les astres, mais qui nous laissera des étoiles plein les yeux. Comme quoi, il ne faut pas être trop prompt à juger une saga sur ses premiers pas faciles, car la lumière est au bout du chemin.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Twilight – Chapitre 5 : Révélation 2e partie

  1. Eloïse dit :

    Critique sympa, mais tu devrais indiquer *attention spoil* au début de ton article, car pour ceux qui ont lus les livres, c’est pas cool ce qu’on apprend dans ton article, pour ma part, ça m’aurais gâcher la fin du film, heureusement que je l’ai vu avant de lire ta critique

  2. Antoine dit :

    Justement, je fait toujours attention à ne jamais dire plus sur le contenu de l’histoire que ce qu’il y a dans le synopsis. Que j’annonce la présence d’un twist ending, présent dans le livre ou pas, n’indique en rien sa nature, et laisse donc la surprise au spectateur (j’en ai d’ailleurs eu le témoignage). Mais de toute façon, un film comme « Sixième sens » ou « Le Prestige » ne perd en rien de sa superbe, même en en connaissant la fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.