The Boxer

The Boxer
1998
Jim Sheridan

Quand la fiction rejoint la réalité. Énième film sur ce sport de combat, l’histoire s’inscrit dans une période de guerre civile bien réelle, pourtant axée sur un boxeur fictif : Danny Flynn (Daniel Day-Lewis). Depuis l’annexion de l’Irlande par l’Angleterre, jusqu’à très récemment, la guerre faisait rage entre les protestants anglais et les chrétiens irlandais, à tel point qu’un groupe extrémiste appelé l’IRA (dirigée par Brian Cox) organisait régulièrement des attentas meurtrier contre les étrangers que tous souhaitent voir partir. Ayant grandit dans ce milieu et étant endoctriné facilement par son jeune âge, Danny les rejoignit malgré lui, et fut condamné à 14 ans de prison à ses 19 ans. Sortant à 33 ans tel le Christ, il est bien décidé à reprendre sa vie en main. En plus de reprendre son ancienne passion de jeunesse pour la boxe et ouvrir son propre club, ouvert à tous pour stopper cette guerre qui scinde Belfast, il ai une autre passion qui l’anime depuis toutes ces années : son amour pour Maggie (Emily Watson), depuis remariée avec son meilleur ami, lui aussi emprisonné à son tour. Mais au sein de l’IRA, ils ont en horreur la liberté de croyance et respectent par dessus tout les femmes de prisonniers, allant jusqu’à faire du mal aux briseurs de ménages…

Nous autres français majoritairement athées, il est difficile de se sentir concerné par cette querelle religieuse, surtout quand la seule différence des deux camps vient de la reconnaissance ou non du pape. Des propos qui semblent bien archaïques… Reste donc les deux autres sujets du film : l’ancienne romance qui tente de se raviver, et l’engouement autour de la boxe. Malgré les très bons acteurs, cet amour mettra un temps infini à transparaître, et on y croit pas tellement. Côté boxe, les affrontements sont très mauvais entre le manque de carrure et la quasi absence de technique : pas de position défensives, pas de garde, et des coups complètement aléatoires. La puissance des Rocky est bien loin… Reste alors une image soignée, une histoire intéressante, et des acteurs plutôt bons. Mais à cause d’un manque de rythme indéniable et d’une envergure bien trop modeste, l’ennui aura vite fait de nous gagner.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.