Fatal Games

Fatal Games
1991
Michael Lehmann

Opprimer les gens, c’est mal voir dangereux, surtout dans le milieu scolaire. Par exemple, imaginez que votre classe, scénario hautement probable, soit sélectionnée pour un Battle Royale ? Mais aussi bien, le jeu a déjà commencé sans que vous en soyez informé, et la mort vous attend au tournant !

Vous l’aurez compris, une mutinerie se prépare dans ce lycée américain de Westerburg. Comme toujours, la popularité est partagée entre d’un côté les pom-pom girl, et de l’autre les joueurs de football américain. Le groupe des Heathers (dont Shannen Doherty fait partie) représente le summum suprême de la hiérarchie féminine. Veronica (Winona Ryder) tente d’en faire partie, mais elle n’adhère pas du tout à leur caractère de chipie vaniteuses et arrogantes. Un jour, elle rencontrera Jason Dean, un beau gosse ténébreux déjà renvoyé de sept écoles. Avec lui, elle peut exprimer sa différence, mais cela n’est pas du goût de la Heather cheftaine, qui menace de lui pourrir la vie. Pour se venger préventivement, elle et Jason vont lui faire boire un peu d’huile de moteur : elle en tombera raide morte. Petit maquillage en suicide et hop, la salope est morte et ils peuvent en jouir impunément. Le côté obscur de la vie…

Petit teen-movie sympa ambiance 80′, le film part dans l’humour noir et malsain. Peut-on rire du suicide ? Oh que oui ! Couple démoniaque, les deux amant maudits vont monter crescendo dans la folie et le film va partir très très loin, avec un point de culmination lors du suicide d’homo. Jusque là, ce qui correspond quasiment à la moitié, le film gagne progressivement notre adhésion et nous surprend par son angle unique. Puis la Veronica est prise de remord, doute, et la folie rattrape l’humour. Le film s’enlise et ne s’assume plus, le concept se fige et la fin déçoit. Bel essai mais tentative avortée.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.