Le Séminaire

Le Séminaire
2009
Charles Nemes

Quatre ans auparavant sortait la première adaptation cinématographique de la série Caméra Café, intitulé Espace Détente. Malgré un résultat médiocre, le succès de la série était tel que le film avait tout de même fait 1,7 millions d’entrées. Un score certes très décevant compte tenu du phénomène, mais excellent comparé aux autres comédies françaises. Grâce à des rediffusions régulières, la série n’a rien perdu de sa notoriété, et un second essai cinéma pouvait donc être tenté, servant en plus de tremplin pour une nouvelle série centrée sur les concurrents de Digix.

Comme le titre l’indique, nos compères Hervé (Bruno Solo) et Jean-Claude (Yvan Le Bolloc’h) iront à un séminaire d’entreprise pour remotiver les troupes après une année très pauvre en terme de chiffre d’affaire. Un petit comité de six employés sont donc de la partie, avec en plus de JC et Véver, le DRH Jean-Guy (Gerard Chaillou), l’archiviste Maeva (Armelle), le responsable informatique Philippe (Alain Bouzigues), et la secrétaire Jeanne (Jeanne Savary). Mais il se pourrait que ce séminaire ne soit en réalité qu’une façade pour évaluer en douce les employés.

Exit l’univers de la boîte Geugène, exit l’équipe au grand complet, seuls six d’entre eux sont de retour pour un séminaire à Paris, exception faite de Fred (Valérie Decobert) en toile de fond avec son bébé Marie-George (normal de la part de Hervé), et Vero, mais qui se retrouve une nouvelle fois dans la peau d’une autre actrice. Une petite déception mais qui s’accompagne par un changement d’air bénéfique, avec quelques passages plutôt drôles comme la course en Xantia, ou le stationnement « pousse toi de là que j’m’y mette ». mais force est de reconnaître qu’il y a un vide, et que le choix des quatre autres est discutable, amenant des choix douteux sur Meava et Philippe. L’humoriste Virginie Hocq essaye un temps soit peu d’apporter son charme, mais cette seconde adaptation échoue elle aussi à renouveler la puissance de la série, sans doute que le format cinéma est trop mou pour une avalanche de gag. Certes moins raté que le premier essai, cette suite n’aura trompé personne : 482 382 entrées en France. Pire encore, la nouvelle série sur Digix fut rapidement déprogrammée pour cause de massacre. Il aurait mieux valu s’en tenir uniquement à la série originale…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.