Exam

Exam
2009
Stuart Hazeldine

Sorti en Angleterre il y a plus de trois ans, le film a tout juste débarqué chez nous en octobre dernier, venant heureusement réparer une injustice aussi improbable qu’inespérée. La science-fiction est un genre hautement prometteur, mais non moins délicat. Et dans un contexte de huis clôt, on aurait pu être dubitatif, mais les meilleures surprises sont là où on les attend le moins.

Dans un futur proche, la Terre sera paralysée par une terrible maladie dégénératrice mortelle, tout juste atténuable pour les plus riches. L’économie est suspendue et le chômage ravage les pays, créant une demande insatiable. Alors quand l’offre d’emploi ultime se présente, plus rien d’autre n’a d’importance. Huit candidats, une seule question qui ne nécessitera qu’une seule réponse. Seules règles : « si un candidat tente de communiquer avec le surveillant ou le garde, il sera disqualifié », « si un candidat gâche son papier (feuille d’examen), intentionnellement ou non, il sera disqualifié », « si un candidat choisit de quitter la pièce pour n’importe quelle raison, il sera disqualifié ». Et toutes les autres règles de la société n’ont plus cour. Les 80 prochaines minutes détermineront leurs 80 prochaines années…

Quatre hommes et quatre femmes, seuls face à une feuille blanche n’indiquant qu’un numéro de candidat, rien de plus, avec un garde armée en médiateur. Comment répondre à une question qu’on ne connait pas ? Une première candidate confondant sa feuille et une lettre de motivation comprendra alors la règle « il ne faut pas gâcher son papier ». C’est alors qu’un homme se lève, conscient de la véritable nature des règles. On comprend alors la nature cachée de cette salle d’examen, recelant en réalité une quantité infinie d’interactions. Reste à savoir lesquelles les mèneront à la vérité.

On suivra donc ce petit comité cloîtré dans cette salle pendant 80 minutes, échafaudant plan sur plan pour percer les mystères de la pièce, mais aussi de la feuille énigmatique. Photo-sensible ? Effervescente ? Thermique ? Bien trop occupés à s’aider et se tirer dans les pattes, l’équipe ratera bien évidemment l’indice ultime, frustrant le spectateur déjà victorieux depuis longtemps. Quoique… Mais la force du film réside surtout dans le suspense torride de la situation incroyablement stressante, et dans les interactions malignes avec le décor, amenant ce huis clôt très loin, et apportant à l’histoire et au cadre futuriste apocalyptique une touche de réalisme et de cohérence implacable. Mieux encore, les acteurs sont très bons, rendant l’expérience particulièrement captivante. Alors bien sûr, cet indice qui leurs échappe tout du long agace, et le dernier tiers juste avant la révélation finale connaît quelques ratés. Mais de manière générale, le film force le respect de par sa profondeur, son professionnalisme et son soucis du détail. Une perle du genre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.