Le Monde de Charlie

Le Monde de Charlie
2012
Stephen Chbosky

Adaptation du best-seller The Perks of Being a Wallflower de Stephen Chbosky, son écrivain a décidé de porter lui même son œuvre sur grand écran pour une transposition la plus fidèle possible. Classé sur le podium des livres les plus populaires dans les bibliothèques américaines, le film n’aura pas eu une diffusion très étendue, mais grâce à un excellent bouche-à-oreille (4,4/5 par les spectateurs allocine, 8,2/10 sur IMDB et 85% sur rotten tomatoes) les recettes ont tout de même atteint près de 30 M$, une belle réussite pour une petite production indépendante.

Centré sur le secondaire 2 (le lycée) et le passage à l’âge adulte, le film tournera donc autour du monde de Charlie (Logan Lerman). C’est sa rentrée en seconde, et il y entre avec une certaine appréhension face à cette nouvelle année qui s’annonce difficile. Tendancieux dépressif, il a perdu sa tante qu’il adorait, et l’an passé son meilleur et seul ami s’est donné la mort. Socialement inadapté et totalement renfermé sur lui-même, c’est avec la peur au ventre et le mal de vivre qu’il arpente les couloirs de l’école, ne trouvant du réconfort qu’auprès des livres et des conseils bienveillants de son émérite professeur de littérature (Paul Rudd). Mais sa vie va changer le jour de sa rencontre avec Sam (Emma Watson) et Patrick (Ezra Miller), deux frères et sœurs complètement déjantés qui croquent la vie à pleines dents. Avec eux il apprendra ce qu’est être apprécié et être aimé. Mais cette amitié lui sera aussi néfaste : amoureux fou de Sam, il apprendra à ses dépends que les gentils finissent toujours seuls.

La vie à l’école : ses grands moments, et ses passages à vide. On y suivra principalement Charlie, un jeune garçon perturbé sur qui le destin s’acharne, lui accordant malgré tout quelques moments de grâce. Loin des teen-moovie américains, le film rappel déjà beaucoup plus quelques productions anglaises originales sur des grands dépressifs de la vie, comme Good Morning England ou Submarine. C’est donc amèrement qu’il découvrira les grandes désillusions de la vie, avec notamment celui de l’amour, chimère d’une brutalité infinie. C’est avec poésie et talent que le film aborde ses sujets assez classiques mais dotés d’une grande portée philosophique, avec un casting de stars montantes particulièrement brillant. L’histoire est très dense et incroyablement riche pour le genre, et le film se hisse sans mal comme l’un des meilleurs, alliant émotion et humour piquant. Un beau film touchant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.