Carnage

Carnage
2011
Roman Polanski

Dernier film en date de Roman Polanski, le film est l’adaptation de la pièce de théâtre française Le Dieu du carnage, qui se trouve être… un huit clos ! Bis et repetitum es maledicus de indigestionus. Mais bon, soit, un de plus. Reste maintenant à savoir ce qu’il va s’y passer…

Quand deux couples se rencontrent, ou l’histoire d’un garçon qui frappa son camarade. L’affaire prit place dans un jardin public, alors que Zachary mit un pain dans la face de Ethan, lui explosant deux dents. Penelope (Jodie Foster) et Michael (John C Reilly), les parents de Ethan, invitent alors les parents de Zachary, Nancy (Kate Winslet) et Alan (Christoph Waltz), pour discuter calmement de l’incident. Mais entre les différences de caractères et de principes, la visite de courtoisie va tourner au carnage !

On prend donc quatre grands noms d’Hollywood, dont l’excellent Christoph Waltz, et on les rassemble pour un immense règlement de compte entre les deux camps, mais aussi entre les couples, moins heureux et solidaires qu’on pourrait croire aux premiers abords. On sait de base que le film sera un huit clos, mais on s’amuse beaucoup des raisons qui font que l’histoire en sera un, prétextant habilement le non-départ des invités. Assez imaginatif, le film enchaînera les situations embarrassantes, délicates et drôles, et évitera le piège de l’évidente montée en crescendo de l’hystérie collective. Un choix à double tranchant dans la mesure où attendra toujours ce grand boom qui franchira les limites de l’explosion, mais on attendra jamais cette quintessence. De plus, le grand classique du téléphone harceleur, Running-gag au demeurant très bon, nous inflige malgré tout des baisses de régimes de par l’interlude. L’idée n’est donc pas un model d’originalité, mais son traitement bien rôdé et son casting de qualité aboutissent à une comédie très sympa et nerveuse.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Carnage

  1. Julien dit :

    Un huit clos, c’est quoi ? Une invention à toi ?
    Comment on fait un huit clos à quatre ?
    Est-ce qu’un seize clos se fait huit ?
    Jusqu’à combien de clos peut-on monter ? Ça dépend du recul de la caméra ?

  2. Antoine dit :

    Mais c’est n’importe quoi, un huit clos c’est juste quand l’action possède une unité de lieu. On appelle ça une expression. C’est comme un tête-à-tête, ça veut pas dire un coup de boule.

  3. Julien dit :

    C’est marrant, ta définition du huit-clos me rappelle vachement celle du huis-clos…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.