Saw III

Saw III
2006
Darren Lynn Bousman

Si le genre horrifique se portait déjà bien avant – il faut dire qu’importe l’originalité, un bébé terrifié qui suit des yeux un fantôme ou un esprit qui se rapproche sur les photos, ça fera toujours peur – il faut bien avouer que le sous-genre du gore fut révolutionné par les deux premiers Saw au demeurant très bons. Grosse rentabilité et fin ouverte oblige, le tueur revient à la charge avec sa nouvelle disciple.

Donc après avoir jouer avec la vie de l’inspecteur Eric Matthew, puis s’être rapidement occupé du cas de sa collègue Kerry (les effectifs de la police sont en chute libre), le tueur au puzzle (Tobin Bell) s’intéressera au cas de Jeff Reinhart, séparé de sa femme suite à la mort de son fils dont il ne s’est jamais remit, d’autant que son meurtrier, jugé partiellement responsable pour cause d’alcoolisme, fut libéré au bout de seulement six mois. Depuis, il n’est plus que l’ombre de lui-même, et délaisse complètement sa fille, aveuglé par sa haine. De par son méprit de la vie, il se verra lui aussi plongé au cœur d’un jeu macabre.

À priori il n’y avait pas tellement de raison pour que ce troisième film soit qualitativement inférieur  : toute l’équipe du film a rempilé et la fin de Saw II laissait clairement entendre une suite de par son twist fracassant. Mais en réalité, cette suite fait fit de son prédécesseur en expédiant la situation de Matthew, avant de se débarrasser par la même occasion de sa collègue, laissant la place pour une toute nouvelle histoire assez limitée : faire passer un test à un père endeuillé. Il n’aura même pas à survivre, juste décider du sort des responsables de la mort de son fils, une aberration. Fini le temps de la terreur psychologique de la mort imminente, le film bascule intégralement du côté du gore, enchaînant des séquences atroces comme une cage thoracique arrachée ou la noyade par cadavre de porc putride. Une abomination qui éloigne définitivement la saga du grand public. Mais après tout, ça reste une question de goût. Le réel problème du film, qui l’empêche d’égaler ses prédécesseurs, réside dans son histoire : prévisible et pas folichonne. Le twist final est loin de valoir ceux passés et sa révélation semble interminable. Cela n’annonce rien de bon pour la suite…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.