Hyper tension

Hyper tension
2007
Mark Neveldine, Brian Taylor

Derrière cette affiche à la GTA se cache l’un des films les plus déjantés qui soit, reposant sur le principe de shoot d’adrénaline. En effet, l’histoire s’axe autour de Chev Chelios (Jason Statham), un tueur à gage des cartels de Los Angeles, qui n’aurai pas dû exécuter sa dernière cible. Un acte qui lui aura attiré la fureur de Verona, un mafieux local. Après l’avoir assommé à grand coup de batte de Baseball, il laissera Chev chez lui avec un poison chinois mortel dans les veines, qui fera arrêter de battre son cœur dans moins d’une heure. Une mort particulièrement douloureuse et atroce. Entrant dans une rage folle, il décide de partir aller butter Verona et tous les salops qui l’entourent. Dans sa course, il se rendra compte que l’adrénaline a pour effet d’inhiber les effets du poison. Sa mort est inévitable, mais il compte bien entraîner le plus de personne avec lui, et la ville aura bien du mal à le contenir.

L’idée du film est simple : s’il s’arrête il meure. Alors comment s’assurer d’une dose constante d’adrénaline ? Facile : tabasser des gens, voler la moto d’un policier, faire des courses poursuites, faire mu-muse avec les flics, s’échanger des tirs avec des mafieux, trancher une main au hachoir, ou encore faire l’amour en pleine rue à sa copine (Amy Smart). Côté substances tout est bon à prendre : sucreries, boissons énergisantes, cocaïne, drogues de synthèse, ou plus justement des médicaments adaptés, avec des sprays, des injections et des transfusions. Un grand n’importe quoi lâché à très grande vitesse, se souciant peu de la vraisemblance, préférant se focaliser sur le concentré d’action. Et effectivement, déjà que le film est court, il fuse et envoie du lourd. En plus de scènes choc, le film peut compter sur des tirades sanglantes et très drôles, comme le « et une idée me traversa la tête, comme une balle tirée à bout portant », rappelant l’un des plus grands chef d’œuvre de la littérature, Ma vie contre la mienne. Bref, une purge du genre dont on se délectera, restant quand même dubitatif sur la suite des événements. Car oui, poison ou pas, chute mortelle ou pas, il est encore vivant !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.