Low Cost

Low Cost
2011
Maurice Barthélémy

L’avion est le moyen de transport le plus sûr qui soit, bien qu’il ai régulièrement des accidents. Néanmoins, de par sa nature impressionnante, les vols font irrationnellement peur à beaucoup de gens. Alors quand il s’agit d’une compagnie de seconde main, le phénomène est d’autant plus grand. Et c’est en jouant dessus que le film compte nous faire rire. Une ambition modérée, mais qui ne trouvera pas écho.

Le film prend place à Djerba, en Tunisie. Alors qu’un groupe de touristes français pensait tranquillement rentrer sur Paris (à Beauvais) par le biais de cette compagnie « Low Cost », le décollage se fait attendre. Et huit heures après, la nouvelle tombe : la compagnie a fait faillite, et bien que l’avion ai le droit de décoller, il n’y a donc plus de pilote. Qu’à cela ne tienne, un certain Jean-Claude (Gérard Darmon) serai un ancien pilote à la retraite, et en prendra donc les commandes. Mais à l’atterrissage, c’est la stupéfaction : ils se retrouvent au beau milieu du désert. Assaillis par des rebelles arabes, ils verront leur séjour se terminer dans le cauchemar. Voulant impressionner la belle hôtesse (Judith Godrèche), Dagobert (Jean-Paul Rouve) tentera de reprendre les choses en mains.

Il n’y a pas de mots pour décrire cette escroquerie de bas étage : pas la moindre trace de scénario. Rien avant, rien après, rien pendant. Huis clos en bonne et due forme, l’histoire ne comprendra que deux points : un probable faux-pilote se perd et atterri on ne sait où, et l’emprisonnement de l’appareil par des ersatz de terroristes. C’est faible, très faible. Mais après tout, pour une pure comédie, il na s’agit là que d’un détail. Faux ! Le film n’est pas spécialement drôle, et certains passages n’ont même pas de descriptif possible. Pénible tentative émotionnel ou effet comique pourri ? C’est une question qui revient très souvent… Tout juste esquisse t-on un sourire à l’occasion, voir échappe t-on un léger rire de pitié. Heureusement, on retrouve quelques têtes connus, la réalisation est propre, et le film est court. On saluera cet avion dans le ciel, espérant le voir se crasher.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.