Man of Steel

Man of Steel
2013
Zach Snyder

Malgré des résultats en salle mauvais et un retour critique mitigé, une suite à Superman Retours a été un temps envisagée, fixée même à l’été 2009. Puis finalement vu la qualité et les recettes de la nouvelle trilogie de Batman, Christopher Nolan fut engagé pour écrire l’histoire de Man of Steel, sous la tutelle d’un expert en gros films, Zack Snyder. Bref, que des experts à la charge d’un reboot ambitieux qui a la charge de relancer les DC Comics avec La Ligue des Justiciers en ligne de mir.

Exit le soleil mourant devenant supernova, le destin funeste de la planète Krypton viendra ici de son noyau, épuisé et s’effondrant sur lui même. Conscient que cette issue est inévitable, Jal-El (Russell Crowe) décida de sauver son fils Kal-El en l’envoyant sur Terre, loin des folies expansionnistes des siens. Recueilli par de gentils fermiers du Kansas (Diane Lane et Kevin Costner), Kal-El, rebaptisé Clark Kent (Henry Cavill), a grandi dans la solitude, persuadé que ses pouvoirs terroriseraient les hommes. Mais arrivé à l’âge adulte, cherchant la réponse à son existence, il découvrira, grâce à Lois Lane (Amy Adams), journaliste au Daily Planet (dirigé par Laurence Fishburne) un vaisseau krytonien. Malheureusement, en le réactivant, il révélera sa position au général Zod (Michael Shannon) et ses hommes, d’anciens révolutionnaires de Krypton bannis.

Dès les premiers instants on le sent : le film essaye vraiment de se démarquer de ce qui a déjà été fait, quitte à s’écarter par moments de la vraie histoire, mais gardant le fond. Ainsi, plutôt qu’une bête planète Krypton de cristal assez fade, on y découvre un lieu futuriste et riche, possédant sa propre végétation et son bestiaire. On retrouve un code vestimentaire classieux, une architecture personnelle, une histoire détaillée, et ce peuple extraterrestre s’en retrouve complexifié et bien plus intéressant. Ensuite, jouant sur la chronologie, on suivra simultanément l’éveil de l’héros adulte et l’apprentissage des pouvoirs de l’enfant. Une formation passionnante, tellement qu’on en voudrait plus. En revanche, le commando de super-vilains arrive un peu trop vite, ne laissant pas le temps à Clark d’intégrer le Daily Planet ni de devenir un héros aux yeux de tous. Heureusement, alors qu’on croyait ce point primordial oublié, il revient en force une fois le conflit résolu. Ce dernier est particulièrement colossal, s’inscrivant comme le combat le plus spectaculaire du cinéma. Trop peut-être. Des immortels ravageant des villes, des explosions en pagaille, des effets spéciaux incroyables : que de l’ultime. C’est bien simple, pas un instant de répit dans cette déferlante visuelle stupéfiante. La technique est parfaite, ultra réaliste (à ceci près qu’on se demande bien comment enfiler le costume peut raser la barbe, et aussi pourquoi Lois a t-elle besoin d’embarquer dans le vaisseau), mais tout de même. La barre est placée tellement haut qu’on voit mal comment les suites (on parle même d’une suite dès l’an prochain) pourront faire mieux, ou ne serait-ce qu’égaliser, tant l’affrontement possède une envergure sans commune mesure. Mieux encore, les acteurs sont bons et Superman, en plus de s’offrir un Relooking réussi, s’adjoint un interprète de qualité. Et quand s’en vient la musique, belle et puissante, on pleure devant tant de talent. Un spectacle à la mesure de l’époustouflant Star Trek Into Darkness, c’est dire le niveau. La cuvée 2013 s’annonce exceptionnelle.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Man of Steel

  1. Julien dit :

    Mouais… Je n’ai pas été aussi convaincu que toi !
    Alors que la saga Batman signée Nolan s’inscrivait vraiment comme un renouveau avec un Bruce Wayne ultra-travaillé, sombre, profond, philosophe et tourmenté, on a ici le Superman le plus débile possible. Clark Kent ne sert à rien, il n’a pas d’avis, pas de pensée. C’est juste un tas de muscles inutiles.
    Certes, l’histoire diverge un petit peu de la trame habituelle, mais… soit on s’en fiche complètement (que Krypton ressemble à Nogent-le-Rotroux ou à Futurama, peu importe, au fond), soit ça frise le grotesque (les extraterrestres débarquent chez les Kent, au fin-fond du Texas, Loïs Lane et la moitié de Métropolis sait que Clark Kent est Superman, mais le FBI, lui, envoie un satellite espion pour connaître son identité…! Ridicule !).
    Et puis ce duel si impressionnant qui fait selon toi la force du film, je l’ai trouvé soporifique à souhait. Si on enlève les effets-spéciaux qui font de ce Man of steel un divertissement honnête, il ne reste plus qu’un mauvais film qui tombera aussi vite dans l’oubli que Superman returns.
    Du gros gâchis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *