Safe Haven

Safe Haven
2013
Lasse Hallström

Dernière adaptation en date du célèbre Nicholas Sparks, l’un des plus grands écrivains contemporains de romances, dont les œuvres ont déjà été adaptées huit fois au cinéma (la neuvième ne sortira en revanche qu’en février 2015), le film n’aura pas eu les honneurs d’une sortie cinéma en France, malgré un beau succès à domicile. Mais heureusement, les DVD sont là pour remédier à cet oubli.

Accusée de meurtre, Katie Feldman (Julianne Hough) a fuit les services de police et aspire à recommencer une nouvelle vie dans le calme et la sérénité. Elle s’installa donc dans une petite ville côtière de Caroline, isolée de tout et dont la sympathie des habitant est rassurante. Elle se surprendra même à se rapprocher de Alex (Josh Duhamel), veuf et père de deux enfants qui tient un petit magasin au bord de l’eau. Mais le spectre de son ancienne vie la hante toujours, persuadée que son histoire la suivra toute sa vie. Et effectivement, un certain enquêteur de la police semble prêt à tout pour mettre la main sur elle.

Le film mélange avec facilité la romance à l’eau de rose et l’enquête policière sur une fugueuse. Tout est extrêmement classique et ne surprendra personne, pour ce qui concerne le début tout du moins. Le coup de foudre est évident mais pas non plus superficiel, les rapports entre les personnages classiques mais pas inintéressants. Le passé de Kathie est presque banal mais ne démérite pas complètement, le suspense étant ménagé. Le film profite tout de même d’une belle réalisation et d’acteurs convaincants, surtout l’héroïne, peu présente au cinéma mais pourtant prometteuse. Mais finalement, notamment grâce à Cobie Smulders qui nous fout une claque monumentale digne des meilleurs twist ending, le spectateur sera brutalement réveillé à la fin par une pirouette magnifique qui prouve la solidité du scénario, plus recherché qu’il n’y parait. Sans être spécialement inoubliable, le film fait montre d’une grande maîtrise et s’avère finement ficelé.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.