20 ans d’écart

20 ans d'écart
2013
David Moreau (II)

Si un homme avec une femme beaucoup plus jeune ne choque pas outre mesure, l’inverse est largement plus rare, ou plus discret du moins. Tellement que ces femmes matures en quête de chaire fraîche portent un nom : les cougars, thème du film.

Employée comme coordinatrice dans un magazine de mode, Alice (Virginie Efira) aspire au poste de rédactrice en chef, incompréhensiblement promit à une petite jeune fofolle. Pour son patron, Alice ne fait plus rêver personne, qualité primordiale dans la mode. Par le hasard des choses, Balthazar (Pierre Niney), présent avec elle dans un avion en partance de Rio, y a récupéré sa clef USB. Mais elle ne se doutait pas qu’en allant la récupérer, quelqu’un prendrait une photo d’elle où on jurerait qu’elle embrasse Balthazar. L’effet fut immédiat : Alice était devenue un sexe-symbole, chaude comme la braise et croquant les petits jeunes. Consciente que cela lui ferait gagner des points pour le poste qu’elle vise, elle décide alors de jouer un peu les cougars avec lui, visiblement très intéressé.

Beau succès surprise, le film est mine de rien la troisième comédie romantique consécutive de Virginie Efira à dépasser le million d’entrées. Une nouvelle valeur sûre du cinéma français ? C’est certain, mais n’oublions pas non plus la star montante Pierre Niney et Charles Berling, qui incarne son père, le beau-frère inoubliable du Prénom. Une belle équipe, qui sert un film plus original qu’il n’y parait. Le postulat de départ semblait un peu limité, bien qu’aguicheur : il rappelle à la jante féminine ce qu’était le romantisme des premiers amours, et fait fantasmer les hommes avec une femme sublime au paroxysme de sa sexualité. Classiquement, le film nous refourgue des mécanismes épuisés de la comédie, faisant rire à quelques reprises sur des blagues faciles et des comiques de situation qui semblent recyclés. Mais là où le film fait la différence, c’est qu’il possède une simplicité rare et une poésie touchante. L’histoire paraît naturelle et les personnages sincères. Une comédie sympathique doublée d’une romance aboutie.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.