R.I.P.D. Brigade Fantôme

R.I.P.D. Brigade Fantôme
2013
Robert Schwentke

Généralement, les adaptations de comics-book sont plutôt rentables, malgré quelques flops retentissants (Green Lantern, pourtant personnage emblématique de la culture DC). Et alors que Jack le chasseur de géants et Lone Ranger étaient bien positionnés pour remporté la palme du plus gros ratage financier de l’année (le premier ayant perdu 100 M$, le deuxième probablement plus de 50), ce film pourrait battre ces contres-performance : budgété à 130 M$ (donc à peu près 200 avec les frais de marketing), le film à peu de chances d’atteindre la barre symbolique des 100 M$ de recettes. Alors soit à l’image de Jack de le film fut trop ambitieux par rapport à son pouvoir d’appel, soit le film est vraiment mauvais.

Comme son nom l’indique, le film met en avant une escouade policière assez spéciale : une élite de morts. Bon flic de Boston, Nick (Ryan Reynolds) va malencontreusement se retrouver mêlé à un conflit d’intérêt, lui et son collègue (Kevin Bacon) ayant retrouvé chez un dealer une quantité massive d’or. Lui veut le rendre alors que l’autre y voit l’opportunité de devenir riche. Profitant d’une opération de démantèlement, son collègue lui videra un chargeur en pleine poitrine. Emporté au ciel, Nick se retrouvera embarqué dans la R.I.P.D (Rest In Peace Department). Sa mission ? Amener en enfer les âmes des morts restés sur Terre.

Le principe même du film est excellent : flic à la vie à la mort, au sens propre. Au détour d’une scène de montée au ciel puissante, on découvre un organisme mystérieux où un duo de choc se formera, Jeff Bridges faisait un cow-boy parfait. Mieux encore, le film possède un ressort comique énorme avec les apparences humaines bidons de nos compères, l’un étant un vieux chinois, l’autre une bombasse aguicheuse. Bref, sur le papier un bon gros film d’action original qui flirte avec le style Men in Black. Mais le résultat est tout autre… Dès la première scène, on subit l’erreur classique du montage spoiler, première pierre démontrant le manque de discernement quand à la réalisation. Jouissant d’une direction artistique horrible (les monstres étant un ratage abominable), le film se paye en plus un cadrage bancal faussement dynamique, des effets spéciaux trop tapageurs, et surtout des plans brouillons au possible. De même, l’humour n’est qu’un éternel recyclage des mêmes vannes, le tout tournant très vite en rond. C’est dommage car il y avait un vrai potentiel, l’histoire de base étant très bonne. Mais le résultat est là : en l’état, le scénario paraît au mieux confus et maladroit, la réalisation est cabotine, et le tout ronronne mollement.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.