The Yards

The Yardsw
2000
James Gray

Quand on se lance dans le film mafieux et noir, difficile de passer derrière Le Parrain, surtout quand on lui voue un tel culte qu’on s’empêche de s’approcher de son illustre niveau. Alors partir en voulant rendre un hommage à des films modestes comme Rocco et ses frères, c’est un coup à se casser les dents.

Le film part d’un postulat quasi anémique : sortant tout juste de prison, Leo (Mark Wahlberg) aimerait pouvoir prétendre à une vie normale, trouver un boulot. Mais sans diplôme ni formation, les portes restent fermées devant lui, l’obligeant à se tourner vers son pote Willy (Joaquin Phoenix). Travaillant dans une entreprise ferroviaire, il est chargée de soudoyer les différents niveaux de l’infrastructure pour obtenir les contrats. Mais des fois cela ne suffit pas, et saccager le matériel du concurrent est très efficace, une bonne occasion pour initier Leo. Malheureusement les choses vont mal tourner : Willy va tuer un agent de sécurité et Leo, se défendant, va envoyer un policier à l’hôpital. Mais seulement voilà, Leo se retrouve accusé du meurtre, et sa vie va devenir un véritable enfer entre la police cherchant à l’enfermer à vie, et sa « famille », voulant l’empêcher de divulguer leurs secrets coûte que coûte.

En tout juste demi-heure le tour est fait : Leo est en fuite, et cela durera près d’une heure assommante comme pas deux. Il a mal agit, mais on cherche en plus à lui faire porter le chapeau pour le meurtre. C’est à peu près tout ce qu’il y a à retenir de l’histoire, à une petite querelle amoureuse près : les deux potes s’affrontent pour avoir les faveurs de Charlize Theron, pourtant pas bien en valeur entre son style junky et ses cheveux noirs et courts. On aurait alors pu croire à un thriller psychologique sur un bras de fer entre coupables et suspects, mais il n’en est rien : on subira une attente des plus plates. Dire que le rythme est affreux serait un doux euphémisme. Et si encore le film nous captivait par d’autres atouts, mais sa réalisation est classique, les acteurs à peine corrects, et l’histoire s’avérera ennuyeuse de bout en bout. Un polar bien insipide…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.