Kick-Ass 2

Kick-Ass 2
2013
Jeff Wadlow

Pour être un vrai super-héros, pas besoin de pouvoirs. C’est la leçon que nous avait apporté le frais et bien barré Kick-Ass, mixe improbable entre teen-movie drôle et comics-book sérieux. Le succès fut limité mais suffisant (96 M$ dans le monde), et avec des retours excellent, une suite fut mise en chantier. Pourquoi pas.

Suites aux exploits de Kick-Ass (Aaron Johnson), un engouement héroïque a prit les habitants de New-York, amenant une vague de justiciers, bien que Kick-Ass se soit retiré. Pour Dave qui se cache derrière ce masque sadomasochiste, l’aventure ne peut s’arrêter là, et même si Maggie (Chloe Moretz) alias Hit Girl est elle aussi redevenue une enfant comme les autres, il retrouvera une raison de se battre avec le colonel Stars & Stripes (Jim Carrey), fondateur de la « Justice forever ». Alliance de super-héros qui ne sont en réalité que des civils déguisés, elle redonne espoir à une ville infestée par la vermine. Pendant ce temps là, Chris D’Amico (Christopher Mintz-Plasse) enrage de la mort de son père, victime d’un tir de bazooka de Kick-Ass. Bien décidé à lancer une vendetta contre lui, il va rassembler les pires malfrats de la Terre autour de son nouveau personnage super-vilain : The Mother Fucker !

Même si globalement le premier film était léger et naïf, il possédait quelques passages plus graves ou violents, mais rien de comparable. On effectue ici un sacré virage : les blessures font plus mal, les morts pleuvent, même chez les gentils, et les séquelles seront terribles. Méchancetés et violences gratuites sont légions, et on assiste à des scènes quasi insoutenables tant elles sont brutales et sans la moindre censure. On retrouve même cette absence de limites dans l’humour, comme avec le violeur qui bande mou. Difficile de toujours adhérer, mais si l’objectif est de choquer ou de surprendre, c’est sacrément réussi. On aime ou on aime pas mais en revanche, l’histoire semble légèrement plus poussée et s’avère surtout beaucoup plus mature. Les personnages qui ont fat le succès du premier sont encore en grande forme, même si on aimerait un héros plus débrouillard. En fait, ce qu’on reprochera principalement au film, c’est l’évolution de son univers pour une vision plus sombre et violente, perdant un peu la magie des débuts. De plus, la réalisation est moins soignée et esthétique, s’axant plus sur la dynamisme, renforçant l’impression de voir autre chose qu’une continuité. Des petits détails qui mit bout à bout rendent ce nouveau délire un peu moins savoureux que le premier, bien que cette nouvelle aventure soit elle aussi très bonne. Une déception toute relative donc, car le film reste avant tout une grosse purge d’action pleine d’humour.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.