Mud – Sur les rives du Mississippi

Mud - Sur les rives du Mississippi
2013
Jeff Nichols

Gros succès surprise, et même plus grand succès de tous les temps pour son distributeur, ce film indépendant vient faire écho au précédent succès de son réalisateur : Take Shelter, carrément acclamé par la presse. Reparti bredouille de Cannes, Mud a néanmoins mieux convaincu son public, surtout en France qui représente son second plus gros pays en terme d’entrées.

Prenant place sur les eaux troubles du Mississippi, le film nous compte l’aventure de deux jeunes garçons de 14 ans, partis en exploration sur cet immense fleuve. Au détour d’une petite île, ils vont faire la découverte d’un bateau perché au sommet d’un arbre, cabane de rêve. Mais il se trouve que cet endroit constitue l’abri de Mud (Matthew McConaughey), un pauvre homme recherché par la police pour le meurtre accidentel de l’ancien compagnon violent de son amour de toujours, Juniper (Reese Witherspoon). Y voyant là une pauvre âme égarée soumise à l’injustice, les deux garçons vont n’écouter que leur cœur et décider de lui venir en aide.

Un peu déroutant par sa nonchalance et sa simplicité, le film se pose plus comme une réflexion sur le bonheur, l’amour, la philosophie de vie. Vivant sur des maisons flottantes où l’eau sous leurs pieds grouillent de dangereux prédateurs mortels (pour ne citer que les alligators et les serpents), souffrant de la misère et d’un isolement important, ils sont néanmoins content de leur choix de vie, y trouvant là une forme de sérénité. Au delà de ça, dans cette aventure où la naïveté est omniprésente, la dure réalité de la vie est représentée par la femme, monstre de méchanceté brisant sec les rêves romantiques et ayant une pierre à la place du cœur. On retrouve beaucoup de poésie dans la narration et la réalisation, d’assez bonne facture et qui retransmet bien les lumières et les couleurs locales. Un très beau film qui ne peut malheureusement pas prétendre au chef d’œuvre, son histoire trop légère étant bien trop mise en évidence par la longueur du film, nuisant à sa fluidité. On peut néanmoins compter sur beaucoup de professionnalisme artistique, tant au niveau de l’image que du jeu des acteurs, très prometteur en ce qui concerne Tye Sheridan, pierre angulaire du film. Petit film d’auteur certes, mais assez remarquable.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.