Les Gamins

Les Gamins
2013
Anthony Marciano

Déjà avoir Max Boublil en tête d’affiche, c’est énorme, mais quand en plus il coécrit le scénario, on peut s’attendre à une perle d’humour – certes pas forcément de finesse. Faisant pourtant face au plus gros succès français de l’année (Les Profs), le film a réussi le bel exploit de réunir plus de 1,6 millions de spectateurs, faisant de lui le quatrième film le plus populaire à domicile.

Ah l’insouciance de la jeunesse, le bonheur d’être à deux ! Pour Thomas (Max Boublil), la vie est belle : heureux avec Lola (Mélanie Bernier), il s’apprête à se marier avec elle, et avec une perspective de boulot stable, il peut envisager sereinement l’avenir. Mais sa rencontre avec Gilbert (Alain Chabat), le père de Lola, va changer sa vision des choses. Lui qui a tout, une femme aimante (Sandrine Kiberlain), une belle maison, de l’argent et tout une belle et longue retraite devant lui, il vomit son quotidien, ne supportant ni sa vie de banlieusard ni sa femme qu’il trouve casse-couilles. Il lui dira alors à quel point le mariage est insipide, et il claquera la porte, partant faire la java tous les soirs jusqu’à plus soif. Prenant conscience du piège qui se referme sur lui et de l’abandon de sa passion pour la musique à cause de Lola, Thomas partira rejoindre Gilbert pour l’éclate du siècle.

Le principe du film est de base très drôle : un père qui dissuade son beau-fils d’épouser sa fille car son mariage l’ennui profondément. Trente ans d’écart et pourtant une même passion pour le déconnage, la musique et les fêtes exubérantes. Un duo qui fonctionne du tonnerre, mélangeant l’humour jeune du chanteur fou et le style terre-à-terre des Nuls. Pas un seul gag de raté à déplorer, même la chanson débile “Je t’aime” devient drôle à force, et certains passages sont même à pleurer de rire, comme la visite avec Patrick Bruel, ou surtout l’exceptionnel doublage américain à l’UNESCO : du pur caviar. Le film arrive même à mener de front les drames humains et autres romances qui ponctuent le film. L’histoire reste simple, son traitement classique, mais le résultat est à hurler de rire, et rarement une comédie française n’aura été aussi réussie et efficace. Probablement la meilleure comédie de l’année.

This entry was posted in Cinéma, Critiques. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *