Blue Valentine

Blue Valentine
2011
Derek Cianfrance

Bande de criminels ! Vendus, hypocrites ! Auréolé par les critiques, nominé aux Golden Globes, aux Oscars : tout semblait indiquer un petit bijou de romance, mais il n’en sera rien… Un bel exemple pour les annales de ce qu’est une bonne idée massacrée et ratée.

Mariés et parents d’une petite fille de six ans, Dean (Ryan Gosling) et Cindy (Michelle Williams) se détestent, s’ignorent dans le meilleur des cas. Pour lui sa vie n’est peut-être pas ce qu’il espérait, mais elle lui convient très bien et adore sa fille et sa femme, ce qui n’est pas le cas de Cindy. Elle vomit chacune des paroles qu’il prononce, il la dégoûte et elle repousse chacune de ses avances, espérant juste le voir crever la bouche béante, la libérant du fardeau de son quotidien. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Vraiment ?

Que le film soit d’une profonde tristesse et d’une noirceur terrifiante n’est en rien un problème, et c’est même là que le film intéresse car il y a un vrai fond, une vrai force. Mieux encore, la réalisation est très bonne, les acteurs sont plutôt bons, et on retrouve une ambiance très singulière. Mais le problème vient de l’histoire en elle même : passablement ennuyeuse et ratée. Le film alterne les passages actuels et des flash-back de leur rencontre, et on imagine qu’ils vont nous montrer pourquoi ils se sont aimés et comment la situation pourrait s’améliorer, mais non. Et c’est là que le film s’auto-massacre : ils ne se sont jamais aimés. Tels deux autistes psychopathes, il se sont fait souffrir dès le début, et strictement aucune émotion ne ressort de leur histoire, ne provoquant que bâillements et somnolences. On ne comprend ni pourquoi elle a accepté ses avances, ni pourquoi il les a faites. Il est insupportable avec ses questions, elle est insipide et ne ressent rien. Le film n’est qu’un enchaînement morbide de désolation. On en ressort en se disant que si un jour notre vie ressemble à ça, il n’y aura plus qu’à se pendre. Le film est particulièrement bien fait, mais son intérêt est négatif.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.