The Iceman

The Iceman
2013
Ariel Vromen

De 1965 à 1986, un tueur à gage appelé le Iceman (homme de glace), en raison de son sang froid et du fait qu’il congelait ses victimes, a sévit aux Etats-Unis pour le compte des mafias. Le film reprend donc cette histoire vraie, la replaçant au tout début de la création du personnage, alors qu’il n’était que Richard Kuklinski (Michael Shannon), un simple vendeur de pornos qui tuait de temps à autre les gêneurs, et qui venait tout juste de commencer à fonder une famille (avec Winona Ryder). Malheureusement, le réseau mafieux dont dépendait son commerce de films X décida de fermer sa branche, et son patron, Roy Demeo (Ray Liotta), se verrait bien réorienter Richard vers son élite de tueurs à gage, son absence d’émotion pouvant se révéler particulièrement intéressante.

On a déjà vu plus reluisant qu’un serial killer à la demande comme programme. Mais il est vrai que la tête de psychopathe de son interprète pouvait donner une bonne envergure au film, surtout que la boucherie devait être au programme puisque le monsieur à tout de même tué plus de 100 personnes. Pourtant, c’est à peine une dizaine de corps qui seront refroidis, mais qu’importe. À l’image de la quatrième saison de Dexter, on cherche à nous montrer comment un pareil monstre peut fonder une famille, même si on se doute que ça va mal finir. Car si on sait qu’il s’agit d’une histoire vraie, c’est que les tenants et les aboutissants sont connus, et ça gâche un peu le suspense, bien que le film n’essaye pas tellement de jouer dans cette cours là. Il s’agira plus d’une mise en abîme très sombre d’un personnage qui ne trouva que momentanément sa place dans la société. C’est assez prenant par moments, mais on ne sera pas pleinement convaincu, la faute à une dynamique pas très optimale et à une fin quelque peu décevante.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.