Kill List

Kill List
2011
Ben Wheatley

Salut, comment ça va ? Moi j’ai mangé le lapin que mon chat a tué hier, et toi ? Tranquille, j’ai kidnappé une fille, je lui ai tranché les jambes puis je l’ai violé jusqu’à ce qu’elle meurt. Cool. Il y a eu un paquet de films d’horreur assez spéciaux, mais là on atteint un tel niveau de bizarrerie et de folie que l’asile est hautement recommandé pour l’ensemble de l’équipe du film, même si on est pas totalement au même niveau que Martyrs.

Dans une banlieue anglaise des plus calmes, Jay et Gal se retrouvent régulièrement pour festoyer malgré des difficultés financières incessantes et des disputes conjugales violentes. Heureusement, la crise économique leur passe bien au dessus grâce à un boulot qui leur permet en plus d’évacuer toute leur frustration et leur rage : ils sont des tueurs à gages. Nouvellement recrutés par une agence dont ils ne savent rien, ils vont se retrouver avec trois cibles à éliminer, d’apparences banales, mais qui cachent un lourd secret…

Faire un cauchemar qui vous marque à vie, c’est une chose, mais vouloir en faire profiter tout le monde, c’est criminel. Le film commence sur deux couples qui se retrouvent piégés dans des disputes sans issues, non sans rappeler Carnage, donc rien de très inquiétant. Puis il y a des allusions, un chat, des tueurs à gages. Une ambiance glauque s’installe mais on reste dans du « normal ». C’est alors qu’un prêtre dit « merci » à son bourreau, de même qu’un pornographe meurtrier qui remercie à son tour chaque coup de marteau meurtrier. On arrive déjà à un haut niveau de violence aussi physique que psychologique, mais rien ne laissait entrevoir pareil dessein. Voir des hommes nus avec un masque de paille terrifiant, des femmes nues, les yeux bandés, les mains attachées, en voilà une vision d’horreur psychédélique ! Les voir pendre une femme puis foncer sur nous, enchaîner sur une course-poursuite lugubre dans des catacombes : incontestablement l’une des scènes les plus choquante de l’histoire du cinéma. Alors c’est sûr, le film offre une vision halluciné et son atmosphère pesante est particulièrement réussie, mais le scénario est un peu décevant avec sa fin qui ne répond à rien, et on espérait une révélation d’envergure, mais il n’en est rien. Et forcément, son genre gore très dérangeant ne plaira pas à grand monde. Donc même si le film est assez bien fait, on lui préférera des productions plus abouties comme Silent Hill où la peur se met au service d’une véritable histoire.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.