Un Homme parmi les loups

Un Homme parmi les loups
1983
Carroll Ballard

Ils sont moins de mille en dehors de l’Amérique du Nord, et plus de cent fois plus dans le seul territoire du Canada. Terrible prédateur à la mâchoire acérée, le loup est une créature à l’origine de bien des mythes et le cinéma s’emploi à entretenir son image d’animal suprême. Seulement voilà, emblème de son pays, le caribou risquerait de voir sa race éteinte à cause d’une sur-chasse de la part de ces canidés. Chargé par une agence gouvernementale américaine d’enquêter sur ce phénomène, un jeune chercheur va accepter de partir une année durant au cœur de leur environnement, s’imprégnant de leur quotidien, embrassant leur style de vie.

L’homme sauvage, le retour ! On a tous en nous cette petite voix qui crie « aventure ! », qui aimerait nous pousser à partir loin, abandonner cette civilisation barbare et injuste. Mais peu ont le courage ou la volonté de le faire, le mode de vie classique possédant bien des avantages et un confort que la vie au grand air ne peut offrir. Mais voilà, le film nous propose la vision d’un homme, pourtant pas le plus prédisposé à ça, partant pour une épopée sauvage, coupé du reste du monde, à deux inuits près. Un face à face entre l’homme et le loup, poussant le scientifique jusque dans ses plus lointains retranchements. Une situation forte qui nous plonge dans un désert, tantôt de glace, tantôt recouvert par de grandes étendues d’herbe, avec cet inconnu majestueux et mystérieux, généralement en meute, mais à qui il arrive de se retrouver seul, triste face à la solitude. Ce film / documentaire aux allures de carte postale a ses grands moments, mais on en ressort un brin déçu de par le manque de rythme et la conclusion quelque peu dépressive.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.