Welcome to the Punch

Welcome to the Punch
2013
Eran Creevy

Tout juste sorti dans quelques cinémas (principalement au Royaume-Uni, en Chine et en Russie pour un total inférieur à 4 M$), le film n’a pas eu cette chance en France, malgré un casting énorme mais certes pas très bankable, James McAvoy ayant fait le plus gros de sa carrière dans des petits films indépendants d’époque. Mais de toutes façons, sa seule présence ne sera pas suffisante, et le manque d’envergure se paye dans le cinéma d’action.

Le cours d’une vie peut basculer en quelques instants. Cette nuit-là, le destin de beaucoup sera scellé. Voulant stopper un casse, Max Lewinsky (James McAvoy), policier de Londres, se lancera à la poursuite des malfaiteurs, malgré son manque de protections et l’absence d’arme à feu. Le bilan sera médiocre : le chef criminel Jacob Sternwood (Mark Strong) lui infligera une blessure au genou qui laissera des séquelles, et aucun complice ne sera appréhendé. Pire encore, le fils de Sternwood subira une bavure conduisant à son décès. Une affaire très floue et que Max ne souhaite pas laisser filer, impliquant avec lui sa collègue et amie Sarah (Andrea Riseborough). La ville va alors se transformer en terrain de chasse entre les magouilles policières et Sternwood, en quête de vengeance.

Grand classique de séquence d’ouverture, le film nous lâche en pleine mission dans une certaine confusion, assortie d’une grosse séquence de course-poursuite. On alternera ensuite les phases d’enquête et les règlements de comptes, globalement dans un rythme assez soutenu, malgré quelques passages à vide. Malheureusement, ni l’enquête ni les scènes d’action ne savent convaincre. Le scénario est plutôt convenu et pas très original, les rebondissements attendus, les réflexions pas très poussées, et on manque clairement de visibilité au niveau de la réalisation. L’obscurité nocturne est mal maîtrisée, et les guns-fight, bien que pêchus, sont trop saccadés. Le film est suffisamment court pour ne pas trop s’ennuyer, mais si on fait l’effort de s’y intéresser ça n’est dut qu’exclusivement aux acteurs, sans quoi le film n’aurait que peu d’intérêt. De l’action de seconde main très classique et mal filmé qui ne vaut que pour son héros.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.